7 exemples de circuits courts pour manger local

·1 min de lecture

Qualité, saisonnalité, traçabilité, faible empreinte carbone… Les circuits courts privilégient une agriculture durable (bio, raisonnée, sans produit phytosanitaire) et jouent la proximité pour les points de vente. Découvrez les bonnes filières pour se ravitailler au plus près de la source !

Ces associations pour le maintien de l’agriculture paysanne sont les pionnières des circuits courts militants. Nées en 2001 dans le but d’assurer un revenu stable aux petits paysans locaux, il en existe plus de deux mille aujourd’hui en France.

L’essentiel : ● zéro intermédiaire ● c’est local ● c’est bio ou sans engrais ni pesticides ● exemples de prix : 12 € le petit panier de légumes d’une semaine pour 2 personnes, 20 € le grand pour 4 personnes.

Comment ça marche ? C’est un vrai partenariat, sans aucun intermédiaire. Les consommateurs regroupés s’engagent à acheter la production d’une exploitation agricole. Ils déterminent avec le producteur le contenu des paniers selon les Amap (fruits, légumes, viandes, fromage), les méthodes agronomiques employées et les tarifs. On paye sa part à l’avance (pour 6 ou 12 mois), et on vient récupérer son panier rempli selon les saisons et les récoltes, chaque semaine sur un lieu de partage, à jour et heures fixes. La totalité du prix de vente revient au producteur. La relation avec lui dépasse le cadre commercial : on le croise lors de la distribution et il invite les Amapiens à visiter régulièrement sa ferme. Les produits ne détiennent pas obligatoirement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles