7 nouvelles raisons de célébrer cette Journée internationale de la femme

Que de progrès depuis la dernière Journée internationale de la femme ! [Photo: Getty]

Nous célébrons aujourd’hui la Journée internationale de la femme afin de rendre hommage aux réussites et aux succès des femmes.

Le thème de cette Journée internationale de la femme “#BalanceForBetternous invite à encourager l’égalité et la justice indépendamment du sexe.

Mais, combien de mesures ont été prises pour atteindre ces objectifs depuis que nous avons célébré les femmes l’année dernière ?

Nous avons constaté une réelle envie de discuter de toutes les choses qui comptent aux yeux des femmes et qui les touchent, mais également dagir, notamment avec lapparition des mouvements #metoo et #timesup

C’est donc le moment idéal pour revenir sur les victoires des femmes observées depuis la dernière Journée internationale de la femme. Celles-ci comprennent notamment la lutte pour offrir des protections périodiques aux femmes qui n’ont pas les moyens et le nouveau rôle des femmes dans la politique. Nous en profiterons également pour revenir sur les sujets qui ont encore besoin d’être mis en avant.

Nous nous battons pour les femmes qui vivent dans la pauvreté et ont leurs règles

Des protections périodiques seront désormais fournies à toutes les patientes des hôpitaux du NHS, et le government britannique sengage à mettre un terme à lapauvreté liée aux règlesdans le monde dici 2030.

Des millions seront reversés à des projets qui fournissent des protections périodiques afin d’éliminer les tabous qui persistent encore aujourdhui autour des règles.

Des statistiques de la dernière Journée internationale de la femme révélaient ainsi quune fille sur 10 n’avait pas les moyens d’acheter des protections périodiques au RoyaumeUni.

Mais, les choses ont visiblement évolué cette année. L’Écosse offre des protections périodiques gratuites aux femmes et aux jeunes filles qui vivent dans la pauvreté, et un nouveau émoji ‘règles’ devrait également faire son apparition.

La petite goutte de sang, un nouveau symbole qui pourrait changer la manière dont les gens parlent des règles, a vu le jour grâce à une campagne menée par le groupe de défense des droits des filles Plan International UK.

Que de progrès depuis la dernière Journée internationale de la femme ! [Photo: Getty]

Nous avons constaté le pouvoir de l’activisme

L’année dernière était une année riche en activisme, et les femmes ont manifesté, protesté et lancé des campagnes, qu’il s’agisse du droit à l’avortement ou encore du droit de vote des membres du Parlement en congé de maternité et de paternité…

En mai, nous avons constaté le vrai pouvoir de lactivisme lorsque la République d’Irlande a voté en nombre pour contrer le 8e amendement et légaliser lavortement, et ce grâce à des mois de campagne et aux efforts de groupes féministes.

Plus tôt dans l’année, le Parlement a accepté de modifier la loi afin que ses membres en congé maternité et paternité soient en mesure de voter par procuration. Cette décision a été prise lorsque le membre du Parlement Tulip Siddiq a été obligée de reporter sa césarienne, malgré lavis de son médecin, afin d’être présente lors du vote sur le projet Brexit de Theresa May.

C’est complètement inacceptable que Tulip Siddiq, membre du Parlement, ait été forcé de choisir entre accoucher et voter au Parlement”, confie Sam Smethers, directeur général de Fawcett. “Cette nouvelle mesure va donner de nouveaux droits sur lesquels les femmes enceintes du Parlement et les jeunes papas et mamans peuvent compter”.

Nous avons “été entendueslors des Grammys

Les femmes ont été invitées à “se faire entendrelors de l’événement de 2018 et ont donc assuré aux Grammy’s 2019 !

Tout le monde se souvient du président de lacadémie Neil Portnow qui a confié aux femmes que les Grammys étaient dominés par les hommes à cause delles en 2018.

Je pense que tout doit commencer avec les femmes qui ont la créativité dans le cœur et l’âme et qui veulent devenir musiciennes, ingénieurs, productrices, qui souhaitent faire partie de lindustrie à l’échelle de la direction et se faire entendre”, a confié N. Portnow. 

Cette année, les femmes ont répondu de manière très claire, en remportant de nombreux prix et en étant deux fois plus nombreuses que les hommes à chanter sur la scène.

Dua Lipa n’a pas pu résister et s’est ainsi moquée discrètement de N. Portnow en récupérant son prix de Meilleur Nouvel Artiste.

Je souhaite commencer par dire que je suis honorée d’être nominée avec autant dincroyables femmes artistes”, atelle confié. “J’ai l’impression qu’on nous entend très clairement cette année”. Vas-y, ma fille !

Nous avons discuté des problèmes de santé mentale

Toujours lors des Grammys, Lady Gaga a profité de son discours de remerciement pour son prix de Meilleur duo pop/performance de groupe pour évoquer la santé mentale.

Je suis tellement fière de faire partie dun film qui revient sur les problèmes de santé mentale”, atelle confié. “C’est tellement important. Beaucoup d’artistes sont touchés, et nous devons nous entraider. N’ignorez pas les autres si vous voyez qu’ils souffrent. Et si vous souffrez vous-même, même si c’est difficile, essayez de trouver le courage et essayez de creuser, confiez-vous à quelqu’un et dites leur ce que vous ressentez”.

Nous avons montré que les femmes étaient les reines du come-back

Serena Williams a fait un retour très remarqué sur le court de tennis après avoir accouché de sa fille en septembre 2017. Vous vous souvenez de cette incroyable combinaison toute noire ?

Elle est parvenue à convaincre les critiques mode, mais n’a pas été en mesure de conserver sa place au classement de l’Association des joueuses de tennis (WTA).

Heureusement, la championne a attiré lattention sur les politiques de congés de maternité dans le monde du tennis et leur impact sur les joueuses qui souhaitent reprendre la compétition. Les règles ont depuis été modifiées.

Ce changement signifie que le classement des jeunes mamans qui reprennent la compétition sera davantage protégé sur le WTA Tour à partir de la prochaine saison.

Daprès les nouvelles règles, le WTA garantit que les joueuses qui reprennent la compétition naffronteront pas de joueuses en tête de série dès les premiers matchs, mais leur position dans le tournoi dépend toujours des responsables.

Que de progrès depuis la dernière Journée internationale de la femme ! [Photo: Getty]

Nous avons développé notre présence dans la sphère politique

Un nombre record de femmes se sont présentées aux élections aux quatre coins du monde en 2018. Le Mexique a élu un nombre égal de membres du Parlement masculins et féminins, et le gouvernement espagnol est le premier à compter plus de femmes que dhommes dans leur cabinet depuis le mois de juin.

Madame le premier ministre de Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern s’est également battue pour les femmes qui travaillent dans la politique. En accouchant de sa fille en juin, elle est devenue la deuxième leader à accoucher alors qu’elle était en fonction, la première étant Benazir Bhutto, premier ministre du Pakistan, en 1990.

Nous avons continué à propager le message #MeToo

Le mouvement #MeToo a fait sensation en 2017 suite à laffaire Weinstein, mais, ça n’était quun début.

En 2018, le mouvement #MeToo a conservé son élan grâce à des milliers de femmes qui ont décidé de réagir et de partager leurs expériences de harcèlement sexuel et de violences.

Le hashtag est encore aujourdhui un symbole despoir et de solidarité pour les victimes dagressions sexuelles.

Mais… ça nest quun début

Ces avancées peuvent sembler limitées à l’échelle individuelle, mais, mises bout à bout, elles nous rappellent que de nombreux changements ont été effectués entre la Journée international de la femme 2018 et aujourdhui, ce qui est particulièrement encourageant pour le futur.

Il reste encore du chemin à parcourir, notamment dans le cadre professionnel. D’après certains chiffres récents, les inégalités de revenus salariaux entre hommes et femmes au Royaume-Uni mentionnent une différence de 17,9 % entre les hommes et les femmes. De plus, il n’y aurait aujourd’hui que 30 femmes dans des rôles de direction à temps plein dans les entreprises du FTSE 250, alors qu’elles étaient 38 l’année dernière, ce qui ne représente que 6,4 %.

Les hommes au RoyaumeUni sont encore aujourdhui davantage susceptibles dobtenir une promotion, et ce à hauteur de 40 %, et le pays continue de perdre 54 000 employées chaque année lorsquelles deviennent mères.

Il ne faut pas oublier la taxe rose (pink tax) non plus, des chercheurs ayant révélé queles différences de prix en fonctions des sexessappliquaient à tout, du nettoyage à sec aux vêtements pour enfants.

Les condamnations pour viol ont également baissé de 12 % l’année dernière, du jamais vu en 10 ans. D’après un rapport de 2017 du Forum économique mondial, 100 années supplémentaires pourraient être nécessaires avant de se débarrasser complètement des inégalités de revenus entre les hommes et les femmes.

Nous avons indéniablement fait des progrès depuis la dernière Journée internationale de la femme, notamment grâce au pouvoir de la résistance féminine prête à faire bouger les choses, mais nous avons encore du pain sur la planche avant la Journée internationale de la femme 2020.

Allez, c’est parti !

Marie Claire Dorking