8 infos insolites sur la fraise

Historiquement, les seules fraises qui poussaient en France étaient les fraises des bois (fraga en latin). Cela va changer grâce à un ingénieur militaire au nom prédestiné : Amédée-François Frézier. En 1714, il importe du Chili cinq pieds de fraisiers aux fruits blanchâtres pour les jardins du roi. Croisés avec une autre variété américaine, le fraisier de Virginie, aux beaux fruits rouges, ils sont plantés avec succès à Brest et à Plougastel. Le climat océanique breton, proche de celui de leur pays d’origine, favorise leur implantation. Les six cents variétés cultivées aujourd’hui dans le monde sont toutes issues de croisements.

Contrairement à ce que l’on croit souvent, la fraise de Plougastel n’est pas une variété particulière. La trentraine de producteurs de cette presqu’île bretonne en cultive en effet successivement plusieurs. La plus réputée est la gariguette, petite, allongée et très parfumée. Plantée en décembre, cette fraise précoce se récolte de début avril à mi-juin. Une demande d’IGP (Indication géographique protégée) est en cours d’examen pour empêcher les appellations abusives. Réponse attendue en fin d’année.

À partir de 1130, sans qu’on sache l’expliquer, le mot fraise a été employé pour nommer la membrane plissée enveloppant les intestins du veau et de l’agneau. Peut-être par analogie de forme avec ces tripes, le terme en est venu à désigner la collerette blanche tuyautée et plissée, portée par les nobles et les bourgeois à partir du XVIe siècle et jusqu’au début (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite