9 raisons qui expliquent pourquoi vous avez tout le temps faim

À 11h, à 15h, à 17h ou encore à 19h. Votre ventre ne cesse de crier famine et de gargouiller. Vous avez toujours l’impression d’avoir faim, alors vous grignotez. Sucré ou salé, tout est bon à se mettre sous la dent. Ce phénomène est assez courant mais pas anodin. Il résulte de nombreuses raisons car, certes aimer manger est une chose, avoir toujours faim en est une autre. Pour y remédier, il suffit tout simplement de regarder de près sa routine et se rendre compte que des simples détails peuvent influencer son appétit.

Vous êtes stressé

L’anxiété, le stress ou l’angoisse conduit à des compulsions alimentaires. Manger permet de se rassurer. En outre, lorsque vous êtes stressé votre organisme secrète du cortisol. Cette hormone du stress déclenche le signal de faim pour reconstituer vos réserves de graisse, transformées en sucres. Votre envie permanente de gras, de sucreries et de salé doit ainsi être comblée.

Vous ne dormez pas assez

La sensation de faim provient de deux hormones digestives : les ghrélines, stimulant l’appétit, et les leptines, régulant les réserves de graisses dans l’organisme et l’appétit. Lorsque vous dormez, le système nerveux central de votre cerveau régule les ghrélines. Le manque de sommeil chamboule et perturbe les hormones. Il accroît le taux de ghréline, soit la sensation de faim. Voilà pourquoi lorsque vous êtes fatigué, votre corps cherche à combler le manque de sommeil.

Votre environnement vous influence

"Passer devant une boulangerie vous donnera forcément faim", déclare le nutritionniste Raphaël Gruman. Le fait de voir et de sentir de la nourriture conditionne votre cerveau à se mettre en appétit.

Vous ne mangez jamais à la même heure

Manger ses repas à des heures différentes chamboule les rythmes biologiques de votre organisme dirigés par une horloge interne, située dans le cerveau. En prenant vos repas à la même heure tous les jours, vous réduisez les risques de grignotage.

Vos repas ne sont pas assez riches

Vous avez toujours un petit creux

(...) Cliquez ici pour voir la suite