Confinement : comment aérer sa maison efficacement ?

Aérer son intérieur est primordial pendant le confinement. D'abord parce qu'il serait dommage de développer de la claustrophobie, ensuite parce qu'il faut rééquilibrer le taux d'humidité des pièces de la maison. Les produits ménagers participent aussi à augmenter la pollution de l'air. Pensez à ouvrir vos fenêtres régulièrement. En plus ça tombe bien, la qualité de l’air s'est considérablement améliorée dans certaines régions de France depuis le début de la semaine !

⋙ Nos conseils pour l'aération de la maison, pièce par pièce

15 minutes d'aération par jour suffisent

Quand on est enfermée dans sa maison ou son appartement toute la journée, on peut être tentée de laisser la fenêtre ouverte pendant des heures. En réalité, ce n'est pas vraiment nécessaire. Une aération de 5 à 15 minutes par jour suffit amplement à renouveler l'air dans l'espace de vie. Si vous ressentez le besoin d'ouvrir plus longtemps, ce qui est tout à fait compréhensible compte tenu de l'enfermement, vous pouvez renouveler l'opération 2 à 3 fois dans la journée. En particulier si vous cuisinez et que vous ne tenez pas à vous endormir dans des odeurs de nourriture. Il est recommandé d'ouvrir à des heures qui ne sont pas celles de vie extérieure : c'est-à-dire avant 10h et après 19h. Entre les deux, l'air extérieur est plus sujet à la pollution.

Aérer c'est réduire l'humidité et limiter l'apparition de moisissures

Pourquoi est-ce qu'il faut aérer son logement ? Il faut impérativement faire entrer de l'air frais tous les jours. On ne le sait pas forcément, mais l'air de notre intérieur est aussi voire plus pollué encore que l'air extérieur. Se doucher, cuisiner, respirer, tout ceci participe à augmenter le niveau d'humidité d'une maison. Or qui dit taux d'humidité élevé dit environnement mal oxygéné et propice à la prolifération bactérienne. Un lieu clos trop humide est susceptible de voir se développer des moisissures sur les murs par exemple. Sans compter que les acariens raffolent des pièces mal aérées

(...) Cliquez ici pour voir la suite