Accident de minibus: circonstances, profil du suspect... Ce qu'il faut savoir sur l'enquête

Un enfant de douze ans est mort et sept autres ont été blessés dans un accident de minibus survenu vendredi dans le Lot-et-Garonne.

Un accident de minibus, transportant plusieurs enfants d'un centre de vacances, a fait un mort et sept blessés, vendredi en fin d'après-midi, sur une route départementale du Lot-et-Garonne.

Le conducteur, âgé de 26 ans, a été mis en examen pour homicide involontaire et blessures involontaires, dimanche soir, a annoncé le procureur de la République Olivier Naboulet.

• Dans quelles circonstances l'accident a-t-il eu lieu ?

C'est aux alentours de 18 heures, vendredi, sur la route départementale 154, au niveau du village de Houeillès (sud-ouest du Lot-et-Garonne), que l'accident s'est produit.

Le minibus transportait huit personnes, dont sept enfants âgés de 10 à 13 ans, qui séjournaient à une quarantaine de kilomètres de là, au sein du centre de vacances de L'Airial à Sauméjan. Le groupe revenait d'une activité aquatique sur une base de loisirs du Gers.

Selon Florent Farge, le secrétaire général de la préfecture du Lot-et-Garonne, le véhicule a "traversé la voie opposée" sur toute la chaussée avant de "violemment percuter un parapet en béton". Le minibus a ensuite fini sa course dans un fossé.

Ludovic, un témoin présent sur place avec sa fille, est le premier arrivé sur les lieux. "On est vite descendus, ça criait de partout", a-t-il raconté à BFMTV, affirmant avoir appelé les pompiers à 17h44 précises.

"On a aidé les pompiers à tenir les perfusions, à les garder éveillés. On nous disait: 'Il faut leur parler'. Il y a eu des massages cardiaques, ça criait. C'était assez stupéfiant, assez spectaculaire", a détaillé Ludovic.

Ce témoin a également raconté avoir vu le conducteur du minibus "en sang". "Il tournait, il criait tout seul, il était complètement déphasé à mon avis", a-t-il ajouté.

• Quel est le bilan ?

Après l'accident, deux adolescents ont été évacués en hélicoptère, en "urgence extrême", vers le CHU de Bordeaux (Gironde). L'un d'eux, âgé de 12 ans, est décédé des suites de ses blessures dans la nuit de vendredi à samedi.

Selon le dernier bilan, quatre enfants sont toujours hospitalisés en "urgence absolue", deux à l'hôpital Pellegrin de Bordeaux et deux à Toulouse, a ajouté Olivier Naboulet dimanche soir. Les deux derniers, qui étaient en "urgence relative" à Marmande, ont déjà pu retrouver leurs familles.

Au total, 20 gendarmes, 51 pompiers, le Samu, deux hélicoptères et sept ambulances ont été dépêchés sur les lieux de l'accident pour venir en aide aux victimes, a détaillé la préfecture.

• Combien d'enfants participaient à ce séjour ?

Selon le procureur de la République, la colonie de vacances comptait une soixantaine d'enfants, originaires d'un peu partout en France. Selon le cabinet de la secrétaire d'État chargée de la Jeunesse et du SNU, Prisca Thévenot, les enfants de ce centre sont âgés de huit à 14 ans et "la majorité" d'entre eux dépend de l'Aide sociale à l'enfance (ASE). L'adolescent décédé était rattaché à l'ASE de la Somme, a précisé Sophie Borderie, présidente du Conseil départemental du Lot-et-Garonne.

Le véhicule accidenté était suivi par un autre minibus qui transportait d'autres enfants du centre de vacances, mais celui-ci n'a pas été impliqué dans le drame. Une cellule d'accompagnement psychologique a été immédiatement ouverte pour les enfants et les encadrants.

Selon Prisca Thévenot, les encadrants sont "sous le choc" mais "continuent à être responsables". Sept animateurs sont arrivés en renfort samedi pour soulager les encadrants présents, a-t-elle précisé. Elle a indiqué avoir "diligenté une enquête administrative", car "l'enjeu est de faire toute la lumière sur ce drame absolu".

Le ministre des Transports Clément Beaune a assuré, samedi, avoir mis en place "un dispositif via la SNCF" pour permettre à "tous les parents qui souhaitent retrouver leurs enfants qui sont en colonie, voire venir les récupérer", d'"arriver rapidement et gratuitement sur place pour être aux côtés de leurs enfants".

• Que sait-on sur le conducteur ?

Le conducteur, blessé aussi dans l'accident, est un homme de 26 ans, "chauffeur salarié", inconnu des services de justice, de gendarmerie et de police. L'homme a déclaré ne pas être un consommateur de produit illicite et être titulaire du BAFA et d'un diplôme d'études supérieures.

D'après les analyses pratiquées, il n'a pas consommé d'alcool ni de stupéfiant ou autres substances "ayant pu altérer ses capacités de conduite" dans les heures précédentes, a fait savoir le procureur de la République d'Agen.

• Où en est l'enquête ?

Après avoir été brièvement hospitalisé à Marmande, le conducteur a été placé en garde à vue dans la nuit de vendredi à samedi. Cette dernière a été prolongée de 24 heures, samedi après-midi, par le parquet d'Agen. Il a ensuite été déféré devant le parquet d'Agen et placé sous contrôle judiciaire à l'issue de sa garde à vue.

Assisté d'un avocat, il a préféré garder le silence. Dimanche soir, il a été mis en examen pour homicide involontaire et blessures involontaires dimanche soir, a annoncé Olivier Naboulet.

"Outre l'interdiction de communiquer avec les victimes et leurs proches, de même qu'avec le personnel du centre de vacances, il lui a également été fait interdiction de conduire tout véhicule terrestre à moteur et d'exercer une activité d'animation ou encadrement avec des enfants", a-t-il précisé.

Les enquêteurs doivent désormais déterminer "si le conducteur a eu une défaillance" ou a réalisé "une faute de conduite".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Accident de minibus en colonie de vacances: le conducteur est mis en examen et placé sous contrôle judiciaire