Accouchement dystocique : ce qu’il faut savoir sur ces naissances difficiles

Entre la douleur des contractions, la perte des eaux et la peur, l’accouchement est rarement une partie de plaisir pour les femmes. De nos jours avec la médecine moderne, la plupart des accouchements se déroulent sans encombre, mais pour certaines mamans cela reste un moment éprouvant. Un accouchement dystocique est à l’opposé d’un accouchement eutocique. Il s’agit d’une naissance qui s'avère laborieuse pour différentes raisons. D'origine grecque, le mot "dystokos " signifie la difficulté avec "dys" et l'accouchement avec "tokos".

Accouchement dystocique : la dystocie dynamique

Il existe deux grands types de dystocies. La première est la dystocie dynamique causée par un dysfonctionnement du moteur utérin ou par la dilatation du col. Elle peut se caractériser par différentes formes :

Quand les contractions sont trop violentes ou au contraire trop faibles, elles peuvent empêcher la bonne dilatation du col et donc bloquer la sortie du bébé. Lorsque le travail utérin est insuffisant, car les contractions utérines ne sont pas assez puissantes pour permettre l’expulsion d’un nouveau-né. Dernière raison : le col utérin présente des difficultés à expulser le foetus. La dystocie mécanique, l’autre forme d’accouchement dystocique

Autre forme d’accouchement dystocique : la dystocie mécanique. L’accouchement est mis en difficulté par un obstacle d’origine foetale comme la taille ou la position du bébé dans le ventre de sa mère. Ce blocage peut aussi avoir une autre origine comme une tumeur, un kyste ou un placenta praevia (localisation anormale du placenta qui peut engendrer des saignements lors du troisième trimestre de grossesse). Comme pour la dynamique, la dystocie mécanique peut être causée par différents facteurs :

La dystocie mécanique d’origine foetale : l’accouchement est troublé par la position, le poids important ou la taille du foetus. La dystocie mécanique des tissus mous : cette difficulté est engendrée par un placenta praevia qui recouvre le col de l’utérus, des kystes

(...) Cliquez ici pour voir la suite