Accoucher autrement: ces mères ont choisi de donner la vie de manière plus naturelle

Episiotomies non consenties, injections d’oxytocine à outrance pour accélérer les contractions, manque d’empathie des praticiens… Depuis peu, le débat sur les violences obstétricales prend de l'ampleur et les langues se délient. Seules 58% des femmes* disent avoir vécu un accouchement conforme à leurs souhaits. Elles sont nombreuses désormais à vouloir donner la vie plus naturellement - à domicile, en maison de naissance .. - pour aller au bout de leurs sensations, et faire de cette naissance un véritable projet de couple. "C’est aussi une démarche écologique, qui va de pair avec le désir de consommer et de vivre de manière plus naturelle, sans produits chimiques ni médicalisation excessive" analyse la réalisatrice Camille Teixeira, dont le documentaire Accoucher autrement vient de sortir en salles. Aujourd’hui, sur les quelques 800.000 naissances par an**, seules 1% ont lieu hors maternité (en maison de naissance, à domicile ou en chemin vers l’hôpital…) mais les alternatives à l’accouchement médicalisé se développent. Depuis 2016, 8 maisons de naissance ont vu le jour pour une expérimentation de 5 ans, avec un "niveau de sécurité satisfaisant", selon un premier rapport rendu public en novembre dernier.

Dans les maternités aussi, les équipes soignantes sont de plus en plus sensibilisées aux besoins des mamans et des bébés : 44 maternités bénéficient aujourd’hui du label IHAB (Initiative Hôpital Ami des Bébés), tandis que le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) vient d’annoncer la création du label Maternys "pour faire évoluer les pratiques de la bientraitance". Offrir aux femmes une prise en charge plus humaine, plus en accord avec leurs choix, voilà finalement leur plus beau cadeau, le jour de l'accouchement.

(*) Safe Motherhood For All, 2017 ; (**) Enquête nationale périnatale, 2016

"A la maison, avec la sage-femme, j'étais prête" : Camille, 33 ans, accouchement à domicile

Dès mes trois mois de grossesse, j’ai fait le suivi global avec

(...) Cliquez ici pour voir la suite