Accusé d'agressions sexuelles par Adèle Haenel, Christophe Ruggia placé en garde à vue

Emilie Poyard

C’est début novembre qu’ Adèle Haenel a brisé le silence. Dans une longue interview à « Mediapart », elle se confiait pour la première fois, accusant le réalisateur Christophe Ruggia d’« attouchements » et de « harcèlement sexuel », alors qu’elle avait entre 12 et 15 ans.  L’actrice a porté plainte fin novembre et ce mardi, le réalisateur Christophe Ruggia a été placé en garde à vue.

« Je me suis sentie si sale à l'époque, j'avais tellement honte, je ne pouvais en parler à personne, je pensais que c'était de ma faute. » Le bouleversant témoignage d’Adèle Haenel dans « Mediapart » a été salué unanimement. Parce que la jeune femme a osé briser le silence, et parce qu’elle a souhaité parler pour toutes celles qui ne peuvent pas. Adèle Haenel avait entre 12 et 15 ans quand elle a été victime d’« attouchements » et de « harcèlement sexuel » de la part du réalisateur Christophe Ruggia. Le 6 novembre dernier, le parquet de Paris a ouvert une instruction pour « agressions sexuelles sur mineure de 15 ans par personne ayant autorité ». Quelques jours plus tard, l’actrice a décidé de porter plainte. « La justice a fait un pas, j’en fais un », déclarait-elle à l’époque.

Adèle Haenel célébrée en couverture de ELLE

Ce mardi 14 janvier, Christophe Ruggia a été placé en garde à vue. Le réalisateur a été interpellé par les enquêteurs de l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) « dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte le 6 novembre 2019 des chefs d’agressions sexuelles sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité et harcèlement sexuel », selon le parquet de Paris.

 

La prise de parole courageuse d’Adèle Haenel marque décidément un tournant : c’est en effet la première fois depuis la déferlante #MeToo il y a deux ans qu’une actrice française livre...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi