Accusé d'agressions sexuelles, le prince Andrew n'est pas le bienvenu aux obsèques de la Reine

Samir Hussein / Contributeur

Bien des années avant que Elizabeth II ne meure, le protocole des jours suivant sa mort était millimétré. Décédée le 8 septembre dans son château de Balmoral, en Écosse, la Reine a ainsi reposé un premier temps au petit palais d’Edimbourg, a ensuite été acheminée à la cathédrale Saint-Gilles de la ville, puis emmenée en train à Londres. C’est le 12 septembre, lors du cortège funéraire, qui reliait les deux points de la capitale écossaise, qu’un incident a eu lieu.

Alors que la foule, rassemblée de chaque côté de la Royal Mile, semblait plutôt calme, un jeune homme s’est adressé de manière virulente à l’un des fils de la Reine : le prince Andrew. “Espèce de vieux malade !”, peut-on l’entendre crier sur la vidéo de la procession avant que le son ne soit coupé. Interpellé par la police, l’homme de 22 ans a justifié son action en assurant que “les hommes puissants ne devraient pas pouvoir perpétrer des crimes sexuels et s’en sortir comme ça”. Il fait directement référence aux accusations dont le troisième enfant d’Elizabeth II et du prince Philip a fait l’objet ces dernières années.

En 2015, Jeffrey Epstein, déjà reconnu coupable de sollicitation de prostituées mineures en 2008, a été au cœur de nouvelles accusations. Cette fois, Virginia Roberts affirme que, lorsqu’elle avait 17 ans, elle a été utilisée comme “esclave sexuelle” par Jeffrey Epstein pour lui et certains de ses amis, dont le prince Andrew. Alors qu’il nie tout lien avec elle, des photos et une vidéo dévoilées révèlent (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

En Iran, le décès de la jeune Mahsa Amini, battue à mort par la police des mœurs, suscite l’indignation
Une joueuse de rugby australienne interdite de match pour avoir traité Elizabeth II d’“imbécile”
Santé, discriminations, égalité : le ministre Pap Ndiaye entend renforcer l'éducation à la sexualité à l'école
À Paris, les plaintes pour violences sexuelles ont augmenté de 30 % en 2022
Iran : un nouveau projet liberticide prévoit de contrôler le port du voile par reconnaissance faciale