Accusé de harcèlement et d’attouchements par Adèle Haenel, Christophe Ruggia a été placé en garde à vue

Son entretien accordé à Mediapart avait fait l’effet d’une bombe sur le cinéma français. Un entretien bouleversant d’une heure qu’Adèle Haenel avait donné à Edwy Plenel et Marine Turchi, la journaliste qui a mené pendant sept mois une enquête approfondie à partir du témoignage de l’actrice. C’est ainsi que l’on apprenait, en novembre 2019, que la comédienne césarisée accusait le réalisateur Christophe Ruggia d’attouchement et de harcèlement sexuel au moment du tournage du film Les Pieuvres, lorsqu’elle était âgée de 12 à 15 ans. Deux ans après l’affaire Weinstein et le mouvement #MeToo qui en a découlé, la France était-elle enfin prête à faire face aux cadavres dans ses placards et à remettre en question l’industrie du septième art hexagonale ? Peut-être bien. Au lendemain de la publication du papier de Mediapart, la Société des réalisateurs de films (SRF) avait annoncé sa décision d’exclure le cinéaste Christophe Ruggia et de soutenir publiquement Adèle Haenel.

⋙ L’actrice césarisée Adèle Haenel accuse un célèbre réalisateur d’attouchements et de harcèlement sexuel alors qu'elle était ado

Quoi qu’il en soit, l’enquête avance : Christophe Ruggia, toujours présumé innocent, a ainsi été placé en garde à vue mardi 14 janvier 2020, selon les informations de LCI et de Mediapart, confirmées par le parquet de Paris. “Entendue par des enquêteurs sur ses accusations d'attouchements et de harcèlement contre Christophe Ruggia, la comédienne aujourd'hui âgée de 30 ans avait finalement porté plainte contre ce dernier le 26 novembre dernier, ne souhaitant pas 'se dérober'”, rappellent nos confrères. Avant de préciser : “Selon les informations glanées par l'AFP auprès du parquet de Paris, Christophe Ruggia a été placé en garde à vue par les enquêteurs de l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) 'dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte le 6 novembre 2019 des chefs d'agressions sexuelles sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité et harcèlement

(...) Cliquez ici pour voir la suite