Accusés de viol au 36 Quai des Orfèvres, l'acquittement de deux policiers indigne

C'était le 22 avril 2014. A l'époque, Emily Spanton, touriste canadienne, passait la soirée dans un bar irlandais en face du 36 quai des Orfèvres. Elle y avait fait la rencontre de plusieurs policiers de la BRI (brigade de recherche et d'intervention) qui, alors qu'elle était très alcoolisée, lui avaient proposé de visiter leurs locaux. "Elle en ressort en état de choc, en dénonçant un viol en réunion", rapporte Le Monde.

Huit ans plus tard, et ce 3 ans après leur condamnation en première instance à Paris de 7 ans de prison, la Cour d'assises du Val-de-Marne a décidé d'acquitter les accusés, Antoine Quirin, 43 ans, et Nicolas Redouane, 52 ans. Ils ont été déclarés innocents et sont ressortis libres du palais de justice de Créteil, sous les applaudissements de la salle où de nombreux policiers étaient venus les soutenir. La jeune femme, elle, est partie en larmes à l'annonce du verdict.

Des idées "d'une autre époque"

Lors de l'audience, l'angle d'attaque des avocats des deux accusés était de contester la "crédibilité" de la plaignante, en pointant notamment le fait qu'elle ait "été diagnostiquée 'borderline' par un expert, ça veut dire qu'elle est d'humeur changeante", avait argué l'avocat de Nicolas Redouane, Me Pascal Garbarini, précise Le Monde. "Ce n'est bien sûr pas parce qu'elle a eu des relations multiples et variées en arrivant à Paris qu'elle n'a pas pu être violée. Mais pourquoi les nier ?"

Et l'avocate d'Antoine Quirin d'ajouter...

Lire la suite


À lire aussi

Pourquoi regarder "Le procès du 36", le docu d'Ovidie sur le viol au 36 quai des Orfèvres
Diego Maradona accusé de violences, de viol et de séquestration
L'acteur X Ron Jeremy accusé de viols : un #MeToo de l'industrie du porno ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles