Accusation de viol contre Gérald Darmanin : la justice ordonne un non-lieu

© Arnaud Andrieu/SIPA

Visé depuis 2017 par une plainte pour viol, le ministre de l’Intérieur n’avait jamais été mis en examen.

Nouveau rebondissement judiciaire dans l’affaire opposant Gérald Darmanin à Sophie Patterson-Spatz. Le ministre de l’Intérieur était visé depuis 2017 par une plainte pour des faits s’étant produits en 2009. La plaignante l’accuse de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance.

Mais la juge d'instruction parisienne a ordonné vendredi un non-lieu en faveur du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, a appris l'AFP lundi auprès de ses avocats Mathias Chichportich et Pierre-Olivier Sur.

« Pour la quatrième fois en cinq ans, la justice affirme qu'aucun acte répréhensible ne peut être reproché à M. Gérald Darmanin. Deux décisions de classement sans suite puis deux ordonnances de non-lieu sont intervenues sous l’autorité de quatre magistrates différentes, dont deux juges d’instruction », ont-ils relevé.

« Notre client s’est toujours astreint à ne pas commenter les décisions de justice et ne fera donc pas davantage de commentaires », ont ajouté les deux conseils.

Lire aussi >> Gérald Darmanin renommé à l’Intérieur : « Le vieux monde n’a pas bougé »

Une décision susceptible d’appel

Le ministre a déposé plainte pour dénonciation calomnieuse. Cette plainte « suit son cours », selon les avocats.

Une source judiciaire a confirmé à l'AFP que l'ordonnance de non-lieu, annoncée par BFMTV, avait été rendue vendredi.

Cette décision, susceptible d'appel, vient mettre un terme provisoire à ce dossier très sensible...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles