Accusations de viol contre Damien Abad : tout ce qu’il faut savoir si vous n’avez pas suivi l’affaire

© NICOLAS MESSYASZ / SIPA

Le nouveau ministre des solidarités, nommé le 20 mai dernier est accusé de viol ou de tentatives de viol par trois femmes. Il dément et dénonce la « motivation » politique de « Mediapart » qui a révélé l’affaire.

C’est l’affaire qui a entaché le début du second mandat d’Emmanuel Macron. Juste après sa nomination au poste de ministre des Solidarités Damien Abad a été accusé de viol et de tentatives de viol par deux femmes, comme l’a révélé une enquête de « Mediapart » le 21 mai dernier. Des faits qu'il conteste.

Lire aussi >> Affaire Damien Abad : « Il serait temps d’écouter les victimes »

Depuis, l’affaire embarrasse le parti de la majorité présidentielle, qui à quelques jours du second des élections législatives, dimanche 19 juin, n’est pas assuré d’obtenir la majorité absolue à l’Assemblée.

Deux femmes accusent Damien Abad de viol et tentative de viol

Deux femmes, dont « Mediapart » a recueilli les témoignages, accusent Damien Abad, de viol en 2010 et 2011. Selon les témoignages recueillis par le journal, l'une des deux femmes, âgée de 41 ans, dénonce des faits qui se seraient déroulés lors d'une soirée à l'automne 2010. Damien Abad lui aurait proposé une coupe de champagne dans un bar à Paris. « Et là, black-out total, jusqu'au lendemain matin », témoigne cette femme, qui dit s'être réveillée avec lui « dans une chambre d'hôtel proche du bar », « en sous-vêtements », en « état de choc et de dégoût profond », selon son récit. Elle fait part de son sentiment d'avoir pu être « droguée ».

L'autre femme, Margaux, témoigne de faits qui se seraient déroulés début 2011. Après avoir rencontré Damien Abad...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles