Accusations de viol visant Gérald Darmanin : la cour d'appel de Paris confirme le non-lieu

© Arnaud Andrieu/SIPA

La plaignante Sophie Patterson-Spatz accuse le ministre de l’Intérieur de l'avoir contrainte à des relations sexuelles contre un service en 2009.

La cour d'appel de Paris a confirmé ce mardi 24 janvier à 9h00 le non-lieu rendu en juillet dernier au bénéfice du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, accusé par Sophie Patterson-Spatz de l'avoir violée en 2009, a appris l'AFP de sources proches du dossier.

Le procureur général de Paris Rémy Heitz a confirmé dans un communiqué le sens de cette décision de la chambre de l'instruction qui vient déblayer un peu plus l'horizon politique de Gérald Darmanin en mettant un terme à ce dossier très sensible, ouvert depuis 2017.

Pas « d’accusations mensongères ou malveillantes » de la plaignante

Lors d'une audience à huis clos le 13 décembre, en l'absence des deux principaux protagonistes, le parquet général avait requis la confirmation du non-lieu.

Dans ses réquisitions écrites consultées par l'AFP, le ministère public écartait « l'hypothèse d'accusations mensongères ou malveillantes » de Mme Patterson-Spatz, mais estimait qu’ « il ne peut être considéré qu'(elle) n'a pas consenti à l'acte sexuel ».

L'avocate de la plaignante, Me Elodie Tuaillon-Hibon, évoquait au contraire un « viol par surprise » et un rapport sexuel « extorqué », « ni libre, ni consenti ».

L'avocate avait dit son souhait d'avoir « enfin droit à un peu de justice », car « les éléments à charge pour le viol sont présents dans le dossier ».

Les avocats du ministre de l'Intérieur, Mes Pierre-Olivier Sur et Mathias Chichportich, n'avaient eux pas souhaité...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi