Acheter local : notre guide des enseignes à privilégier

Des œufs tout juste pondus ou des tomates cueillies le matin même, tout le monde en veut. Sur la Toile ou sur place, un tiers des Français privilégie les achats en circuits courts. Les produits locaux décrochent la timbale et bénéficient d’une augmentation de 6% des ventes entre 2020 et 2021*. L’envie de se rapprocher d’une terre en danger semble faire passer le local, gage de qualité et d’équité, devant le bio, encore élitiste ou trop industrialisé...

* Source : étude de l’IRI, institut spécialisé dans l’analyse des produits de grande consommation.

Si les premiers circuits courts ont été les marchés de plein vent apparus au Moyen Age, ce sont les hippies des années 70 qui, par leur retour à la terre dans les Cévennes ou en Ardèche, leur ont donné tout leur sens. A contrario, les années 80 ont privilégié les produits surgelés, les plats cuisinés des supermarchés, et laissé tomber les marchés. Selon les sociologues, ce serait la crise de la vache folle, la montée en puissance des mouvements contre la mondialisation et la multiplication des ONG qui auraient déclenché une interrogation générale sur l’origine de notre alimentation. De nouveaux systèmes alimentaires se sont alors mis en place, poussant les consommateurs à devenir des citoyens engagés.

Au printemps 2001, la première AMAP (association pour le maintien d’une agriculture paysanne) est créée et devient la pionnière du circuit court et du local au juste prix. Il en existe environ 2.000 aujourd’hui. En échange d’une cotisation (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles