Acidose : définition, causes, diagnostic, symptômes et traitement

Plusieurs mécanismes sous-jacents peuvent en être à l’origine de l’acidose : l’excès de CO2 dans le sang, la surproduction d’acides, ou une perte excessive de bicarbonates du sang. Si l’organisme possède des outils pour rééquilibrer rapidement des écarts hydroélectrolytiques potentiellement graves, il arrive parfois qu’ils soient insuffisants. Comment l’acidose est-elle détectée ? De quelle prise en charge bénéficie-t-elle ?

Indispensable pour être en bonne santé, l’équilibre acido-basique correspond à la balance entre l’alcalinité et l’acidité de notre organisme. Directement influencé par ce que nous mangeons, cet équilibre est souvent mis à mal par une alimentation trop acide ou par certaines pathologies, ce qui, à terme, entraîne une acidification des tissus et du sang. Évalué sur une échelle allant de 0 à 14, le pH constitue l’unité de mesure de l’acidité. Il est considéré comme étant normal à 7,4 (alimentation-sante.org). On parle d’acidose lorsque le pH est en dessous de 7,35, et d’alcalose dès qu’il passe au-dessus de 7,45. La rupture de l’équilibre acido-basique est donc majoritairement due à un excès d’acides. L’organisme en métabolise deux types :

L’équilibre acido-basique est donc maintenu par un jeu d’entrées et de sorties. Les entrées d’acides et d’alcalins peuvent être métaboliques ou respiratoires. Les sorties, elles, sont réalisées par les poumons ou les reins. Lorsque l’organisme doit faire face à une attaque acide ou basique à l’origine de la perturbation du pH, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles