Adèle Exarchopoulos ne veut plus "voir son corps au cinéma", et voici pourquoi

En 2013, le public découvrait Adèle Exarchopoulos à l'écran dans La vie d'Adèle, d'Abdellatif Kechiche. Un film récompensé et applaudi par la critique, dans lequel elle incarne une jeune fille qui découvre sa sexualité et son lesbianisme aux côtés de Léa Seydoux. Leur histoire d'amour se compose de nombreuses scènes de nu et d'ébats, dont le tournage a par ailleurs été épinglé plus tard par l'interprète de France. Celle-ci dénonçait la façon dont le réalisateur leur demandait de les rejouer jusqu'à l'épuisement.

A la suite de cette expérience intense, Adèle Exarchopoulos confie s'être retrouvée dans une impasse, tant on lui envoyait des scénarii qui se ressemblaient peu ou proue. "Beaucoup de drames, beaucoup d'histoires d'amour en pensant que j'allais me donner à fond là-dedans. Les réalisateurs ne s'en rendaient peut-être pas compte, l'un ne savait pas que son voisin me proposait la même chose, donc je n'accuse personne...", a-t-elle expliqué à Vanity Fair.

"J'éprouvais une forme de lassitude"

L'actrice à l'affiche du Flambeau sur Canal+ et des Cinq Diables le 31 août prochain a également abordé le rapport à son corps, et comment sa maternité (elle a eu un petit garçon en 2017, ndlr) l'a bouleversé. "Avoir un fils m'a apporté une autre forme de pudeur. C'est une question que j'ai mise du temps à me poser. J'éprouvais aussi une forme de lassitude, je n'avais plus envie de voir mon corps au cinéma....

Lire la suite


À lire aussi

Pourquoi "Notre corps, nous-mêmes" est un classique féministe d'utilité publique
Hélas, Noël n'a pas grand-chose de féministe (et voici pourquoi)
Oui, Zahia Dehar est super inspirante, et voici pourquoi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles