Adeline Blondieau se confie sur son mariage difficile avec Johnny Hallyday : “Ça a été très violent”

Pas facile d’être l’épouse d’une célébrité de l’envergure de Johnny Hallyday. Adeline Blondieau l’a bien compris. Celle qui fût la quatrième et avant-dernière femme du Taulier ne garde pas que des bons souvenirs de cette époque. Il faut dire que quand l’idole des jeunes lui demande sa main pour la première fois en 1992, Adeline Blondieau n’a que 18 ans, soit 28 ans de moins que lui. Une idylle qui n’aura pas toujours joué en sa faveur. Récemment, la comédienne racontait avoir déjà été licenciée à cause de sa relation avec Johnny Hallyday. Elle a décidé, en 2019, de vendre aux enchères ses affaires personnelles, et dévoilait les raisons pour lesquelles elle a également vendu sa robe de mariée. Depuis, Adeline Blondieau a choisi de se réinventer et de changer totalement de carrière professionnelle.

“Les fans de Johnny étaient très agressifs avec moi”

Vendredi 22 mai 2020, l’ex-femme de Johnny était invitée sur le plateau de Ça commence aujourd’hui, sur France 2. Venue raconter sa nouvelle vie en tant que sophrologue, Adeline Blondieau est également revenue sur ses années passées avec le rockeur préféré des Français. Faustine Bollaert l’interroge alors sur la façon dont elle a vécu cette notoriété “complètement lunaire” qui lui est tombée dessus après son mariage. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les admirateurs de son époux ne lui ont pas réservé le meilleur des accueils. “Ça a été très violent. Parce que j’avais 18 ans, j’étais donc très jeune, il y avait une très grande différence d’âge. Et les fans de Johnny étaient très agressifs avec moi”, déclare-t-elle face à l’animatrice. “C’était très compliqué de se faire taper dessus, cracher dessus, insulter quand on rentrait ou on sortait de chez soi”, se souvient Adeline Blondieau.

Et ces actes de haine sont allés tellement loin que la jeune épouse a dû prendre des mesures de sécurités drastiques : “Ça a été très grave. À un moment donné, j’ai été obligée d’avoir des gardes du corps pour me protéger.” Une période extrêmement

(...) Cliquez ici pour voir la suite