Une adolescente séquestrée et violée, retrouvée grâce à son téléphone

·1 min de lecture

La jeune fille de 14 ans a guidé les policiers jusqu’à l’appartement où elle se trouvait, grâce à la géolocalisation de son téléphone. Deux hommes ont été déférés dimanche devant le parquet de Marseille pour « viol en réunion sur mineure et séquestration ».

Une adolescente fugueuse de 14 ans, séquestrée et violée par deux hommes à Marseille, a finalement été libérée après avoir guidé les policiers jusqu'à ses agresseurs présumés en activant la localisation de son téléphone sur les réseaux sociaux, a appris l'AFP, dimanche, de source policière. L'enquête a été confiée à la sûreté départementale des Bouches-du-Rhône.

Lire aussi >> C'est mon histoire : « J'ai mis des mois à admettre que j'avais été violée »

Interpellés vendredi dans l'appartement où a été retrouvée la jeune fille, les deux hommes, âgés de 26 et 64 ans, ont été déférés dimanche devant le parquet de Marseille pour « viols en réunion sur mineure et séquestration », après 48 heures de garde à vue durant lesquelles ils ont contesté les viols, parlant de relations sexuelles consenties.

Des examens médicaux confirment des lésions anales

La jeune fille, très choquée, a été hospitalisée à Marseille aussitôt après sa libération. Des examens médicaux ont confirmé l'existence de lésions anales. La jeune fille, qui avait fugué depuis l'Ardèche, dit avoir également été contrainte à des fellations. Elle a depuis rejoint sa famille, a indiqué la police.

Les parents de la victime avaient donné l'alerte vendredi, après avoir reçu un appel de leur fille où elle leur expliquait être séquestrée à Marseille et avoir été victime de viols. Lors de sa fugue, à Marseille, l'adolescente avait rencontré dans...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles