Comment adopter le style iconique de Carolyn Bessette Kennedy dans les années 90 ?

Lucia Lagarrigue Aumonier Aumonier

Chargée des relations publiques de la marque américaine de prêt-à-porter Calvin Klein dans les années 90, mannequin à ses heures, Carolyn Bessette Kennedy devient en quelques années une icône de mode. A seulement 33 ans, la jeune femme décède dans un tragique accident d’avion aux côtés de son époux John F Kennedy Jr. Son sens du style et son aura mode restent alors dans les mémoires. Son allure minimaliste et son élégance traversent les époques. Comment reproduire son style iconique ? Nous avons décrypté pour vous deux de ses looks emblématiques.

A travers deux images d’archives, Monica Ainley de La Villardière, journaliste de mode, nous donne les clés pour reproduire les looks phares d’une reine du style sans extravagance.

Le premier look choisi est inspiré par un cliché datant du 10 octobre 1996, quelques jours après son mariage secret avec John F Kennedy Jr., fils du 35ème président des Etats-Unis John Kennedy et de Jacky Onassis.

Le couple marche alors vers le métro après avoir quitté leur loft de Tribeca à New York. Un manteau en laine long, un jean flare, des boots noires et son accessoire signature : un serre-tête, il n’en faut pas d’avantage à Carolyn pour affronter les flashs des paparazzis et les rues de la capitale ! Un style classique bourgeois que l’on pourra s’approprier sans difficultés grâce aux conseils de Monica et une sélection shopping avisée, adaptée à tous les budgets.

Le second look de Carolyn Bessette Kennedy a définitivement marqué les esprits puisque Meghan Markle s’en est récemment inspirée lors d’une soirée officielle avec le Prince Harry. Lors d’une interview, la Duchesse de Sussex a même révélé porter aux nues le style de Carolyn Bessette Kennedy.

Une chemise blanche empruntée au vestiaire masculin, une jupe longue fluide noire, des sandales à talons… Encore une combinaison d’une grande simplicité, pourtant terriblement efficace portée par Carolyn, photographiée au bras de celui que l’on appelait « le fils de l’Amérique » lors...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi