« Elle adorait les embarrasser » : la coach sportive de Lady Di raconte ses séances avec William et Harry

Jenni Rivett a été l’entraîneuse sportive de la princesse Diana durant les années 1990. Une période marquée par sa séparation, puis son divorce avec le prince Charles.Elle n’avait jusqu’alors jamais parlé de sa plus célèbre élève. Jenni Rivett, l’entraîneuse sportive de la princesse Diana, a choisi de rompre le silence dans les colonnes du « Daily Mail », ce mardi 2 février. « Nous avions un lien vraiment très fort. Elle a apprécié le fait que je ne sois pas familière avec le protocole royal », a-t-elle débuté. « Elle riait lorsque je m’excusais et elle disait : “C’est pour ça que je t’aime. S’il te plaît, ne me fais plus jamais de révérence.” »Jenni Rivett a été recommandée à Lady Di lorsqu’elle était à la recherche d’un coach personnel, en 1991. Dans les colonnes du journal britannique, elle raconte que la princesse des cœurs aimait faire de l’aérobic, du cardio ou de la marche rapide. Elle se souvient également lui avoir appris à faire du roller, mais l’un de ses souvenirs les plus marquants est l’époque où le prince William et le prince Harry se joignaient à leur mère pour ses séances sportives. « Ils étaient tout pour elle et se joignaient à ses séances d’entraînement au palais de Kensington, l’ennuyant parfois », se remémore-t-elle avec humour. Elle poursuit : « Elle avait un lien très spécial avec William et Harry et adorait les embarrasser aussi. Son sens de l’humour était l’un de ses plus grands traits de caractère. »« Elle m’a courageusement parlé de sa boulimie »Jenni Rivett a été l’entraîneuse sportive de la princesse Diana durant les années 1990, période durant laquelle elle s’est séparée puis a divorcé du prince Charles, en 1996. « Selon ses propres mots, elle a toujours dit : “Je n’ai pas demandé ça.” » Une période également marquée par les troubles alimentaires de Lady Di, qui ont d’ailleurs été dépeints dans la quatrième saison de « The Crown », diffusée en novembre dernier sur Netflix. « Elle m’a courageusement parlé – et au monde entier – de sa boulimie », se souvient la sportive. « C’était vraiment honorable, car cela a aidé tant de jeunes femmes à comprendre l’impact des troubles alimentaires. Je l’ai simplement encouragée à manger sainement et je crois honnêtement que l’exercice l’a aidée dans sa lutte contre la boulimie. L’exercice est un moyen incroyable de se débarrasser de l’anxiété et d’autres sentiments négatifs. Je crois que, lorsque son corps a retrouvé la forme et la bonne santé, elle s’est sentie en pleine possession de ses moyens et prête à affronter ces mauvais moments », conclut-elle.