Adriana Karembeu : son évolution physique en images

·2 min de lecture

À 49 ans, Adriana Karembeu a une très belle carrière de mannequin derrière elle. Mais ce n’est pas tout puisqu’elle s’est aussi imposée en tant qu’actrice et présentatrice. Aux côtés du médecin chirurgien Michel Cymes, elle présente la série d’émissions “Les extraordinaires pouvoir du corps humain” depuis 2012. Le duo enquête et réalise des expériences en rapport avec une zone du corps : le cerveau, le ventre… Dans le but de faire découvrir au grand public les mécanismes et capacités du corps de façon vulgarisée.

Elle a également écrit plusieurs livres. Le premier "Je viens d'un pays qui n'existe plus", paru en 2014 aux éditions du Seuil, est un ouvrage autobiographique où elle parle de son enfance, de ses études de médecine, de sa carrière... L'autre livre est paru en 2017 chez Michel Lafont. Il s'intitule : "Tout ce que vous avez toujours voulu savoir pour être au top et le rester", et il est plus tourner vers le lifestyle et le développement personnel.

Côté vie personnelle, l’ex-femme du footballeur Christian Karembeu (1998-2011), s’est remariée avec Aram Ohanian en 2014, avec qui elle habite au Maroc. De plus, elle a accouché d’une petite fille prénommée Nina en 2018, à l’âge de 46 ans. C’est une maman comblée qui a beaucoup communiqué à propos de sa grossesse tardive.

Du haut de son mètre quatre-vingts, la jeune femme d’origine Slovaque affiche un physique de rêve. Tout au long de sa carrière, elle a conservé une chevelure blonde lumineuse, qu’elle a décidé de couper au carré au début des années 2000. Avant de retrouver ses longueurs XXL ultra-glamour. Adriana Karembeu a toujours su adapter son look beauté à l’époque : un make-up marqué et des ombres à paupières pastel dans les années 1990/2000, puis un style plus léger et plus naturel à partir des années 2010. La jeune maman a toujours été ravissante, on adore !

Retrouvez l'évolution physique d'Adriana Karembeu en images

À lire aussi :

Nicole Kidman : son évolution physique en images

Mélissa Theuriau, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite