Adrien Taquet : « Un enfant meurt tous les cinq jours sous les coups de ses parents »

Sarah Lévy

Un an après l'appel lancé par ELLE contre les violences faites aux mineures, Adrien Taquet, le secrétariat d'Etat chargé de la protection de l'enfance, a dévoilé ses vingt-deux mesures.

ELLE. L'année dernière, nous avions interpellé le gouvernement sur la protection de l'enfance. Qu'en est-il aujourd'hui ?

Adrien Taquet. Nous répondons largement à ce que vous demandiez et nous allons même au-delà avec ce plan de lutte contre les violences faites aux enfants. Nous travaillons sur une vingtaine de mesures fortes depuis des mois avec les associations et les différents ministères concernés.

ELLE. Quelles sont les mesures prioritaires ?

Adrien Taquet. Je voulais d'abord m'assurer que toutes les personnes qui sont en contact régulier avec nos enfants ne soient pas des menaces pour eux et qu'on contrôle leurs antécédents judiciaires par le biais du fichier des agresseurs sexuels. Les peines dont seront passibles les personnes qui consultent des sites avec des images pédopornographiques seront alourdies, ce qui permettra leur inscription automatique dans ce fichier. Aujourd'hui, tout employeur public qui embauche une personne susceptible d'être en contact avec les enfants peut consulter ce fichier. Nous allons veiller à ce que cette consultation soit systématique.

ELLE. Vous êtes très mobilisé contre l'exposition des enfants à la pornographie...

Adrien Taquet. Je suis frappé par les chiffres. Près de la moitié des 11-12 ans a déjà vu du matériel pornographique. Le cerveau d'un enfant n'est pas fait pour être exposé à ce genre de chose. Cela façonne son rapport à l'autre, à la sexualité, aux femmes et la conception qu'il peut en...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi