Affaire Andrew Tate : l'influenceur aurait déjà été arrêté pour viol en 2015, mais jamais inquiété

Piers Morgan Uncensored

Il n'y a pas de fumée sans feu. Après avoir mené la grande vie en tapant (littéralement) sur les femmes – sa cible préférée – pendant de nombreuses années, 2022 aurait-elle sonné la fin de l'empire nauséabond de l'influenceur autoproclamé "misogyne" Andrew Tate ? Si vous n'avez rien suivi de son fabuleux parcours (on ne vous en veut pas), c'est par ici. Placé en détention provisoire par la police roumaine le 29 décembre dernier et jusqu'à la fin du mois pour "trafic d'êtres humains" et "viols" – les conditions de son arrestation, suite à un échange lunaire avec Greta Thunberg sur Twitter, sont rocambolesques –, Andrew Tate n'en serait pas à son coup d'essai.

Dans une enquête fouillée, prélude à un documentaire à paraître, le magazine VICE World News rapporte aujourd'hui que le roi des réseaux masculinistes aurait fait l'objet d'une arrestation et d'une enquête de la police britannique en 2015, suite à des accusations de viols et de violences physiques portées par deux anciennes employées de Tate, alors qu'il dirigeait un site de sexcam avec son frère au Royaume-Uni – entreprise depuis exportée en Roumanie.

Les deux jeunes femmes se sont confiées à VICE sur les sévices physiques et émotionnels que leur aurait fait subir le "roi de la masculinité toxique". Elles décrivent ainsi des scènes d'une violence inouïe : "Andrew… avait l'habitude de nous étranger sans aucune raison", confie par exemple l'une d'elles, affirmant avoir été étranglée pas moins de cinq fois pendant la période (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Violences conjugales : le "pack nouveau départ" enfin disponible pour les victimes
Droits LGBT : l'Inde pourrait bientôt autoriser le mariage pour tous et toutes
Qu'est-ce que la méthode Loverboy, le comportement toxique et dangereux qui a fait le succès d'Andrew Tate ?
En Iran, les femmes qui ne portent pas le voile en voiture recevront un SMS de contravention
"Ça transforme les viols en sous-crimes" : les crimes sexuels ne sont désormais plus jugés en cour d'assises