Affaire Christian Ranucci : le procès pour meurtre d'un des derniers condamnés à mort français

IDENTITE/SIPA

"Marie-Dolorès Rambla, 8 ans, jouait avec son frère de 6 ans lorsqu'elle a été enlevée au pied de leur immeuble le 3 juin 1974 cité Sainte-Agnès à Marseille [Bouches-du-Rhône]", a écrit Le Parisien, le 29 juillet 2019. L'histoire de cette disparition a fait grand bruit à l'époque. Surtout qu'après une brève discussion avec un "homme en costume gris" avec "une voiture grise", la petite fille ne sera plus jamais vue vivante. "Le corps de la fillette, frappé à coups de couteau et de pierres, est retrouvé deux jours plus tard dans une champignonnière", expliquent nos confrères. Rapidement, l'enquête va mener les policiers sur la piste de Christian Ranucci, un VRP de 20 ans. Selon les archives du journal télévisé de la 3, datant du 4 octobre 2001, "après 18 heures d’interrogatoire il avoue l’enlèvement et le meurtre de Marie-Dolorès, indique même où il a caché l’arme du crime. Les charges sont accablantes". Pourtant, le jeune homme va se rétracter et affirmer que ses aveux ont été obtenus par la violence. Pendant toute la durée de l'instruction, il va clamer son innocence. En vain.

La fameuse voiture grise aperçue par des témoins en bas du domicile des Rambla, une famille d'immigrés espagnols, est entrée en collision avec la Renault 16 de Vincent Martinez une heure après la disparition de la petite fille. Comme l'a rapporté Sud-Ouest, le 15 juin 2021, "le coupé, percuté sur l’arrière du côté gauche par le véhicule de Vincent Martinez, fait un tête-à-queue et prend la fuite en direction (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite