Affaire Delphine Jubillar : comment les données numériques de son mari pourraient faire avancer l’enquête

Après six mois sans avancée déterminante, l’enquête concernant la disparition de Delphine Jubillar semble enfin progresser. Depuis le placement de son mari en garde à vue, mercredi 16 juin 2021, tout s’est enchaîné très vite. Au bout de 48 heures, Cédric Jubillar a été déféré devant un juge, qui a finalement décidé de le mettre en examen pour “meurtre aggravé” – soit homicide volontaire sur conjoint, le terme de féminicide n’étant pas encore reconnu dans le code pénal – et ce, bien que le corps de son épouse n’ait jamais été retrouvé. Le jour-même, le jeune artisan de 33 ans a été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Seysses, à une centaine de kilomètres de Cagnac-les-Mines. Plusieurs détails ont contribué à conduire Cédric Jubillar derrière les barreaux, parmi lesquels les données recueillies sur son smartphone. Outre le SMS qui contredit son témoignage, et les photos de l’amant de Delphine qui ont été découvertes, ce sont les chiffres indiqués par son application podomètre qui intriguent les enquêteurs.

Le 16 décembre 2020, entre 4h et 5h du matin, le podomètre n’a enregistré que 40 pas, alors que le mari de l’infirmière disparue a affirmé aux gendarmes qu’il avait fouillé partout dans les environs pour retrouver la trace de sa femme. Lorsque les enquêteurs effectuent ne serait-ce que le tour de la maison du couple, le podomètre enregistre 380 pas. Comme le rappellent nos confrères de BFMTV, les données numériques prennent une place de plus en plus importante (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles