Affaire Delphine Jubillar : la mère de Cédric Jubillar révoltée par un témoignage anonyme

·2 min de lecture

Depuis le 16 décembre 2020, date à laquelle son mari Cédric a signalé sa disparition, Delphine Jubillar reste introuvable. Si la police étudie plusieurs hypothèses (cinq exactement) et a déjà identifié les suspects potentiels, le mystère demeure. Mais comme toujours dans les faits divers, certains s’amusent à jouer les enquêteurs… Plusieurs groupes sont d’ailleurs dédiés à l’affaire sur Facebook, et les internautes émettent leurs propres théories sur ce qu’il serait arrivé à l’infirmière de 33 ans originaire de Cagnac-les-Mines. Beaucoup ont déjà établi un parallèle douteux avec le meurtre d’Alexia Daval – dissimulé par son mari Jonathann pendant des mois – accusant donc ouvertement Cédric Jubillar d’être responsable de la disparition de son épouse. Une hypothèse (pour le moment infondée) qui repose notamment sur les rumeurs de tensions au sein du couple, qui était en instance de divorce depuis l’été.

Mais récemment, un proche de la famille est lui aussi sorti du silence pour pointer du doigt Cédric Jubillar. Dans un documentaire intitulé Delphine Jubillar, l’introuvable maman du Tarn, diffusé mercredi 3 mars 2021 par France Bleu Occitanie, ce dernier fait des confidences particulièrement accablantes. “Plusieurs fois avant la disparition, on l’a entendu dire à sa mère : ‘Oui je vais la tuer, je vais l’enterrer, personne ne va la retrouver, elle veut me quitter, elle veut demander le divorce’. [...] Il savait qu’il allait tout perdre, qu’il allait devoir tout recommencer depuis le début. Pour lui, Delphine, c’était le pilier, c’est elle qui faisait tout. Il avait tout grâce à elle. Du jour au lendemain, se voir perdre tout, ça peut rendre fou un homme”, déclare notamment la source, de façon anonyme. Des accusations qui ont particulièrement révolté la mère de Cédric Jubillar, elle aussi visée.

Après plusieurs tentatives, nos confrères du Parisien sont parvenus à contacter Nadine Jubillar. “Ces mots sont choquants, blessants et très graves. Et surtout, ils sont tout à fait (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite