Affaire Delphine Jubillar : ce que les policiers craignent le plus

·1 min de lecture

L’affaire Delphine Jubillar connaît un bouleversement. Vendredi 18 juin 2021, le procureur de la République de Toulouse a confirmé la mise en examen de Cédric Jubillar pour “homicide volontaire sur conjoint”. Une mise en examen assortie d’un placement en détention provisoire à la maison d’arrêt de Seysses. Les investigations menées par les enquêteurs ont visé à écarter les causes non criminelles qui auraient pu conduire à la disparition de Delphine Jubillar. Après s’être assuré que la jeune femme n’avait pas été victime d’une chute, ni quitté son domicile volontairement, ou même intenté à sa vie, les forces de police se sont tournées vers Cédric Jubillar.

Le comportement du mari de l’infirmière de 33 ans a interpellé les membres de l’instruction. Cédric Jubillar a notamment menti à la police, affirmant n’avoir jamais su que son épouse avait un amant. “Mr Jubillar nous expliquera d'abord que cette séparation n'était pas conflictuelle. (...) Il ignorait que son épouse voulait le quitter pour un autre homme(...) Ces déclarations étaient mensongères", a affirmé le procureur de la République. Lors de sa garde à vue, qui a débuté le mercredi 16 juin 2021, il a finalement avoué qu’il savait qu’elle souhaitait s’installer avec un autre homme. "Mr Jubillar convient désormais qu'il était parfaitement au courant que sa femme avait un amant. C'est un sujet très conflictuel notamment au niveau matériel". Le fils de Delphine et Cédric Jubillar a, par ailleurs, déclaré qu'il a entendu une "violente (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles