Outreau : que devient le juge Fabrice Burgaud "caché" depuis la terrible affaire ?

·2 min de lecture

Le juge Fabrice Burgaud a instruit l'affaire d'Outreau. C'est à lui que le dossier a été confié quand les services sociaux de Boulogne-sur-Mer ont signalé, en décembre 2000, des soupçons d'abus sexuels sur des mineurs dans le quartier défavorisé. Dix-sept personnes ont été mises en examen en mai 2004. Mais après le procès en appel, qui a eu lieu en décembre 2005, la majorité des accusés ont été acquittés. À la suite de ce scandale, le juge Burgaud a été auditionné par les parlementaires. Ceux-ci ont analysé, en direct sur TF1 et France 2, et durant 6 longues heures le 8 février 2006, les choix qu'il avait effectués pendant son enquête.

Le Conseil supérieur de la magistrature a requis, à la suite de la procédure disciplinaire qui s'est terminée en 2009, la sanction la plus basse : une réprimande. Le juge Burgaud a depuis été recasé à la Cour de cassation : il y a d'abord travaillé en tant qu'auditeur (chargé de préparer les dossiers soumis) et y officie, depuis 2017, comme avocat général référendaire. Une prise de poste qui avait été très critiquée à l'époque. Maître Patrick Maisonneuve a cependant tenu à préciser à RTL mardi 23 février 2021 : "Ce n'est pas une promotion, on a eu tort de l'écrire. Son nom reste et restera à jamais attaché à cette affaire d'Outreau. Il est un peu caché aujourd'hui à la Cour de cassation, c'est comme ça qu'il faut l'interpréter".

Fabrice Burgaud a aujourd'hui 49 ans et son regard sur la célèbre affaire est toujours la même : "Il a toujours contesté avoir commis une faute au sens où l'on entend, une faute qui aurait consisté à tricher délibérément pour mettre en cause des personnes. Il n'y a pas eu de regret au sens où, non, il n'aurait pas failli à sa mission sur le plan des règles professionnelles", a fait savoir son conseil vingt ans plus tard. Le natif de Niort n'a toutefois aucune intention d'évoquer ce fiasco dans les médias : comme le rapporte RTL, "le juge Burgaud ne veut en aucun cas rouvrir les plaies d'Outreau".

À lire aussi : (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite