"Une affaire française" : cette scène éprouvante que les acteurs ne sont pas prêts d’oublier

·1 min de lecture

Une histoire forte, un casting cinq étoiles, une réalisation léchée, tous les ingrédients étaient réunis pour faire d’Une affaire française un succès d’audience et critique. Et, en effet les deux premiers épisodes diffusés le 20 septembre 2021 sur TF1 ont été suivis par près de 4 millions de téléspectateurs, curieux de savoir comment l’enquête sur la mort du petit Grégory allait pouvoir être adaptée en fiction. Face à une affaire aussi médiatisée, devenue un phénomène de société, les attentes sur la prestation des acteurs retenus étaient grandes, et certains n’ont pas déçu, bien au contraire. En revanche, un élément a fortement contrarié ceux qui ont visionné le premier volet de cette série événement : la découverte du petit Grégory dans la Vologne, pieds et poings liés par des cordelettes et le visage recouvert d'un bonnet. Des images insoutenables pour les cœurs fragiles mais censées collées le plus possible à la triste réalité.

C’est d’ailleurs pour la puissance du message envoyé par cette fiction inspirée de faits réels que Laurence Arné a accepté de rejoindre le casting. Elle, qui est habituée à des rôles plus légers, campe le personnage de Jeanne Lombardi, une journaliste fictive, qui va se ranger du côté des parents du jeune défunt. La compagne de Dany Boon a donc découvert sur le tournage cette guerre des médias, cette chasse au scoop incessante "pour mieux vendre, mais sans se soucier du mal que cela pouvait faire". Une scène a d’ailleurs été particulièrement difficile (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles