• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Affaire Gabriel Matzneff : une nouvelle accusatrice dénonce une enquête "enlisée"

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

C'est un scandale qui a bouleversé le monde du cinquième art. Nous sommes le 2 janvier 2020 quand Vanessa Springora, célèbre éditrice et autrice, sort le livre Le Consentement et raconte ce qui deviendra l'affaire Gabriel Matzneff. Dans cet ouvrage, l’écrivaine accuse l'homme de 85 ans d’avoir abusé d’elle alors qu’elle était mineure. Un récit bouleversant qui précède celui de Francesca Gee, une nouvelle plaignante qui accuse l'écrivain de l'avoir agressée sexuellement. Mais selon cette dernière, "L'enquête est enlisée…", a-t-elle déclaré le lundi 27 septembre 2021 auprès de l'AFP.

En effet, la justice peine à trouver d'autres victimes supposées de l'écrivain, ce qui risque de classer l'affaire sans suite, délais de prescription oblige. Un potentiel verdict qui ne semble pas surprendre l'accusatrice. "Quand je suis allée témoigner à Nanterre, j'ai tout de suite dit qu'ils ne trouveraient pas de victime. Je n'attendais pas grand-chose de l'enquête pénale parce que je savais très bien que ça faisait des années, soit que Matzneff ne faisait rien, soit, en tout cas, qu'il ne le racontait plus", a-t-elle expliqué.

Tout comme Vanessa Springora, Francesca Gee raconte son histoire à travers un livre intitulé L'Arme la plus meurtrière. Selon elle, "il y a eu de multiples plaintes, sans doute des dizaines. Je ne sais pas combien, mais énormément de parents ont porté plainte". Francesca Gee, semble avoir constaté que Gabriel Matzneff "a bénéficié de soutiens". Un fait "incompréhensible" au-delà (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles