Georges Tron condamné à trois ans de prison ferme pour viol

ELLE avec AFP
·2 min de lecture

L'ex-secrétaire d'Etat, accusé par deux anciennes employées municipales, avait été acquitté en 2018. En appel, la cour d’assises de Paris l’a reconnu coupable de vol et d’agression sexuelle mais d'une seule des deux plaignantes.

C’est un dernier coup de théâtre dans ce feuilleton long de dix ans. Mercredi soir, la cour d’assises de Paris a condamné en appel l’ex-secrétaire d’État Georges Tron à cinq ans de prison, dont trois ferme, pour viol et agressions sexuelles en réunion sur une collaboratrice de sa mairie de Draveil (Essonne). Il a été placé en détention. Cette décision est un revirement de situation, dans une affaire marquée par la démission de Georges Tron du gouvernement Fillon en 2011, une ordonnance de non-lieu infirmée et l'acquittement des deux accusés en première instance en 2018.  

Lire aussi >> Procès pour viols : Georges Tron remet les pieds aux assises

Les faits ont eu lieu entre 2007 et 2010. Deux anciennes employées de la mairie de Draveil accusent Georges Tron de leur avoir imposé des attouchements et pénétrations digitales, généralement lors de scènes de triolisme avec son adjointe à la Culture d'alors, Brigitte Gruel. Les deux intéressés niaient en bloc.  

« Une grande victoire pour toutes les femmes » 

Au terme d'un délibéré de onze heures, la cour a déclaré l'élu de 63 ans coupable de viol et agressions sexuelles en réunion sur Virginie Ettel. Elle l'a en revanche acquitté de faits similaires sur l'autre plaignante, Eva Loubrieu. Brigitte Gruel a écopé de deux ans de prison avec sursis. La cour a par ailleurs prononcé une peine de six ans d'inéligibilité contre Georges Tron. 

Massages de pieds, mensonges, enregistrements...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi