Affaire Grégory : comment Jean-Marie et Christine Villemin ont appris la mort de leur fils

·1 min de lecture

Un récit macabre. Le 16 octobre 1984, un petit garçon de quatre ans, Grégory Villemin, est retrouvé mort et ligoté au pied de la Vologne dans le village de Lépanges-sur-Vologne. Pour Jean-Marie et Christine Villemin, les parents, c'est le début d'un cauchemar qui dure maintenant depuis 36 ans. Comme l'a confirmé Paris Match, dans le dernier numéro paru le 19 août 2021, l'affaire qui a fait trembler le pays fera d'ailleurs l'objet d'une série télévisée, intitulée Une affaire Française, diffusée en septembre sur TF1. Comme point de départ à l'enquête la plus médiatisée du pays, la découverte du corps inanimé par un pompier volontaire, Jean-Paul Moulin. Interrogé par Paris Match, il confie que c'est lui qui a dû annoncer la mort de Grégory à son père, Jean-Marie Villemin.

Jean-Paul Moulin ne pourra jamais oublier ces images, même 36 ans plus tard. "Il était là, sur le ventre, entre deux cailloux. ll était saucissonné par les cordes, aux pieds, aux mollets, aux jambes, aux bras, puis une autour de la tête. Il avait le teint blanc, je n'avais jamais vu ça", a-t-il confié à Paris Match. L'ancien pompier volontaire des Vosges, âgé de 29 ans à l'époque, connaissait bien le père de Grégory. C'est d'ailleurs lui qui lui a annoncé la mort de son fils : "Je suis tombé sur le père de Grégory. Il me dit : 'Qu'est-ce qu'il y a, Jean-Paul ?'", explique-t-il. "Ton fils avait un bonnet bleu ?", lui demande l'ex-pompier. "Oui", répond Jean-Marie Villemin. "Il est dans la Vologne à Docelles", lui (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles