Affaire Grégory : ce jour où Murielle Bolle a entamé une grève de la faim

·1 min de lecture

Dès le lundi 20 septembre 2021, TF1 diffuse sa série événement au casting cinq étoiles, Une affaire française. Une fiction adaptée de l’affaire Grégory, du nom du petit garçon retrouvé mort dans la Vologne (Vosges) le 16 octobre 1984. Plus de trente ans plus tard, ce fait divers qui a marqué l’ensemble des Français n’a pas livré tous ses secrets, malgré les nombreux rebondissements de l’affaire. Lors de la découverte du corps du petit garçon, Murielle Bolle, âgée à l’époque de quinze ans, avait accusé son beau-frère d’avoir kidnappé l’enfant. Le 31 octobre 1984, Bernard Laroche et sa femme Marie-Ange sont arrêtés et placés en garde à vue. Le 5 novembre 1984, Bernard Laroche est placé en détention provisoire.

Puis, Murielle Bolle se rétracte. Le 4 février 1985, le juge Lambert, qui s’occupe du dossier, libère Bernard Laroche, qui sera assassiné le 29 mars 1985, par Jean-Marie Villemin, le père du petit Grégory. Plus de vingt ans plus tard, Murielle Bolle avait été interpellée à son domicile, le 28 juin 2017. Elle avait été placée en garde à vue pour des faits de "complicité d’assassinat" et "non-dénonciation de crime". Une période sur laquelle elle revient lors d’un entretien accordé au magazine Elle et dévoilé dans leur édition du 9 novembre 2018. Celle que l’on surnommait "Bouboule" à l’époque des faits expliquait alors : "J'étais désespérée. Je ne croyais plus en rien. Lorsque j'ai été mise en prison, en juin 2017, j'ai entamé une grève de la faim, et ce sont les gardiens, et (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles