Affaire du Grêlé : adolescent, le tueur en série aurait proposé à une voisine de se "suicider" avec lui

·1 min de lecture

Dans la nuit du 28 au 29 septembre 2021, François Vérove se suicide. Il laisse derrière lui une femme, deux enfants et surtout, une lettre d'adieux... Et d'aveux. Dans ce dernier courrier, il confie être le Grêlé, le tueur en série qui avait sévi en France et surtout, en région parisienne entre 1986 et 1994. Depuis, les révélations s'enchaînent. Samedi 9 octobre 2021, nos confrères du Parisien ont décidé de s'intéresser à la jeunesse du tueur en série. Dans un long papier, les journalistes sont partis à la rencontre des anciens voisins de François Vérove, ainsi que des camarades de classe et de quartier du tueur pendant son adolescence. Tous s'accordent à dire que c'était un adolescent sans histoire. Pourtant, un ancien habitant du quartier a fait une révélation laissant penser que François Vérove était en souffrance pendant cette période.

Reprenons l'histoire. François Vérove n'est qu'un pré-ado lorsque sa mère décède d'un cancer, explique Le Parisien. Il va alors, avec son père, s'installer à Marcq-en-Barœul, une petite commune huppée du nord de la France. Les voisins de la famille Vérove, encore présents en 2021 dans la petite bourgade, racontent qu'il était un ado "sérieux", "poli" et "discret". Sa passion : la moto-cross. "Il faisait des tours dans le quartier, mais jamais assez pour embêter les voisins", raconte alors un gamin du quartier qui vivait non loin de la maison de celui que l'on surnomme aujourd'hui le Grêlé. Quelque temps après leur arrivée sur place, le papa (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles