Affaire du Grêlé : l'élément troublant de sa lettre d'aveux qui évoque d'autres victimes

·1 min de lecture

Et s'il avait fait d'autres victimes ? L'affaire du Grêlé, vielle de 35 ans, vient de trouver son dénouement avec les aveux de François Verove dans une lettre écrite avant son suicide. "Je reconnais être un grand criminel qui a commis des faits impardonnables jusqu'à la fin des années 1990", aurait-il écrit dans sa lettre selon Le Parisien, jeudi 30 septembre 2021. Souvenez-vous, dans les années 1980 et 1990, les policiers courent après ce tueur qu'il nomme "Le Grêlé" à cause de sa peau marquée par l'acné. A l'époque, il est recherché pour six viols et quatre meurtres commis entre 1983 et 1994. Mais, dans sa lettre d'aveux, François Verove a semé le doute dans la tête des enquêteurs. En effet, dans son dernier message, il confie avoir "cess[é] de semer l'horreur en 1997 en suivant une thérapie", comme le rapport nos confrères du Parisien, samedi 2 octobre 2021. Trois ans séparent le dernier meurtre du Grêlé de la thérapie qui l'aurait aidé à arrêter ses méfaits. Alors, les enquêteurs craignent qu'il ait fait d'autres victimes méconnues pour l'heurel. Le travail titanesque déjà entrepris par les policiers va reprendre. Ainsi, certains dossiers de meurtres et de viols, commis entre 1994 et 1997 et non-élucidés vont être rouverts.

Dans ses écrits rédigés avant son suicide, François Verove, âgé de 59 ans, explique "qu’il n’était pas bien dans sa vie" au moment où il a commis les crimes, mais que depuis il s’était "pris en main". Il ajoute qu'il a décidé de mettre fin à ses jours pour (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles