• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Affaire Guy Georges : cette correspondance étonnante entre la mère d’une victime et l’assassin

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Guy Georges a terrifié les femmes habitant la région parisienne dans les années 1990. Violeur et tueur en série, l'homme né le 15 octobre 1962 à Vitry-le-François a été condamné le 5 avril 2001. Il a reconnu être l'auteur de sept meurtres. Des aveux, en plus des éléments du dossier d'enquête, qui lui vaudront une peine de réclusion criminelle à perpétuité dont vingt-deux ans de sûreté. Et des aveux rendus possibles grâce au travail extrêmement rusé des avocats de la partie plaignante. En effet, Me Solande Doumic aura particulièrement marqué son procès en confondant l'accusé en le poussant à plusieurs reprises à se compromettre lui-même. Le 27 mars 2001, il avoue la totalité des sept meurtres après avoir été confronté au témoignage d'Élisabeth Ortega, seule rescapée du meurtrier. La stratégie de ses avocats vole en éclat dès les premiers moments de craquage du meurtrier. Elle reposait seulement sur le fait de nier en bloc les accusations qui lui étaient faites.

Jeudi 9 septembre 2021, Netflix dévoile un documentaire intitulé Les femmes et l'assassin. Le long-métrage offre une plongée dans la sinistre affaire Guy Georges. De ses premiers meurtres à son incarcération, le documentaire dévoile de nombreux éléments qui ont marqué l'époque. Parmi ces révélations, les lettres envoyées par Anne Gautier, la mère d'une des victimes. Après l'assassinat de sa fille par le serial killer, elle explique avoir ressenti le besoin d'échanger avec lui. Non pas pour le pardonner, expliquant que ce (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles