• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Affaire Guy Georges : "ce truc particulier" qui a changé le cours du procès

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le documentaire Les Femmes et l'Assassin retrace l'affaire Guy Georges. Entre 1991 et 1997, l'homme a assassiné plusieurs jeunes femmes. En 2001 a eu lieu le procès du tueur en série, une affaire qui fascine les Français comme celle de la disparition de Delphine Jubillar. Netflix retrace dans son documentaire, sorti le 9 septembre 2021, l'interpellation de Guy Georges grâce au travail acharné de deux femmes, à savoir une commissaire de police et la mère d'une victime. Pour rappel, Guy Georges a été arrêté le 26 mars 1998, place Blanche, dans le 18e arrondissement de Paris, à l'âge de 37 ans. En garde à vue, l'homme passera aux aveux. Dans le documentaire, on découvre comment Solange Doumic, avocate de la famille Escarfail, est parvenue à changer le cours du procès. Elle raconte ce cinquième jour qui a tout changé. Elle est alors âgée d'une trentaine d'années et se trouve à la Cour d'Assises de Paris. "On n'en peut plus de douleur", se remémore-t-elle.

Maître Solange Doumic tente le tout pour le tout pour faire avouer à Guy Georges le meurtre de Pascale Escarfail. C'est alors que l'avocate a "remarqué un truc très particulier" et souhaite interroger le tueur avant la fin de la journée. En effet, elle est convaincue que Guy Georges est ambidextre. L'homme assure avoir commis ses meurtres avec la main gauche. Pourtant, au procès, il fait uniquement usage de sa main droite. Alors Solange Doumic raconte l'échange qui a tout changé : "Quand vous frappez avec un couteau c'est avec la (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles