Affaire Jacques Bouthier : deux nouvelles mises en examen au Maroc

© FADEL SENNA/AFP

Au total, huit personnes ont été mises en examen dans cette vaste affaire de « harcèlement sexuel », de « traite d’êtres humains » et de « violences verbales et morales » dans la branche marocaine du groupe Assu 2000.

L’affaire n’en finit pas de connaître des rebondissements. Deux hommes, un Français et un Marocain, ont été mis en examen dans le cadre de l’enquête pour harcèlement sexuel visant Jacques Bouthier, l’ex-PDG du groupe français Assu 2000, ainsi que plusieurs de ses collaborateurs.

Samedi, l’accusé français a été placé en détention provisoire après une garde à vue de 48 heures, selon la présidente de l’Association marocaine des droits des victimes (AMDV), Me Aïcha El Guella. L’accusé marocain, quant à lui, a été placé samedi devant le procureur général du roi à Tanger qui l’a déféré devant un juge d’instruction, mais a été laissé en liberté.

Harcèlement sexuel sur fond de grande précarité

Au total, huit personnes – deux hommes français, quatre hommes marocains et deux femmes marocaines – ont été mises en examen à la suite des plaintes d’anciennes employées du groupe Assu 2000, aujourd’hui rebaptisé Vilavi. Elles sont accusées de « traite humaine », de « harcèlement sexuel », « attentat à la pudeur » et « violences verbales et morales » entre 2018 et 2022 dans la filiale marocaine du géant français en courtage d’assurances.

À lire également >> Les enfances perdues des mineurs isolés

Plusieurs plaignantes ont fait état d’un harcèlement sexuel systématique au sein d’Assu 2000, le tout dans une atmosphère de grande précarité des employées qui les rendaient vulnérables à...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles