Affaire Jubillar : pourquoi les recherches pour retrouver Delphine à Cagnac-les-Mines sont-elles difficiles ?

·1 min de lecture

Sans scène de crime, le mystère autour de la disparition de Delphine Jubillar reste entier. Battues citoyennes, messages sur les réseaux sociaux, chiens de la brigade cynophile, plongeurs, drone, hélicoptère : les recherches n'ont pour autant jamais cessé à Cagnac-les-Mines. Mais ce coin vallonné du Tarn, entouré de bois denses et traversé par des rives escarpées, rendent les opérations extrêmement difficiles. La commune, dotée également d'un passé minier, apparaît donc comme un véritable casse-tête pour ceux qui poursuivent leurs investigations.

"C'est un terrain relativement compliqué, escarpé, avec des trous, des ronces, des herbes hautes... (...). Si on sort des sentiers de randonnées, on peut facilement se perdre, se cacher", indique ainsi Henri, chasseur à la retraite, dans l'enquête publiée par La Dépêche le samedi 2 octobre 2021. Et d'ajouter : "Oui, je suis persuadé qu'on peut facilement dissimuler quelque chose ou quelqu'un... pour très longtemps". Mais où est passée l'infirmière de 33 ans depuis sa disparition dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 ? Aucune hypothèse n’est écartée.

Évaporée dans la nuit glaciale, à quelques jours du réveillon de Noël, Delphine Jubillar n'a plus jamais donné signe de vie. En effet, ni les auditions, ni les perquisitions ou ni les fouilles n'ont permis de la retrouver. Chacun se demande donc ce qui a pu arriver à cette mère de deux enfants, en instance de divorce. Pour autant, les amies de la jeune femme ne perdent pas espoir. "Toutes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles