Affaire Jubillar : cette raison pour laquelle la théorie des lunettes cassées ne tiendrait pas

Les lunettes de Delphine Jubillar sont à nouveau au centre de l'enquête sur sa disparition. Mardi 26 avril 2022, Le Parisien a révélé les résultats d'expertises commandées par la justice. Selon ces dernières, "les examens et essais réalisés permettent de conclure que les dommages observés sur la paire de lunettes de Delphine Jubillar sont la conséquence d’efforts dynamiques […] Les efforts ont été appliqués de l’extérieur vers l’intérieur". Devant la divulgation de ces informations, Maître Jean-Baptiste Alary, l'un des trois avocats de Cédric Jubillar, a accepté de se confier à Femme Actuelle, le 4 mai. Pour lui, la thèse du coup violent ayant entraîné la mort à la suite d'une dispute ne tient pas. Trop peu d'éléments viennent corroborer cette théorie et la brisure des lunettes pourrait très bien s'expliquer par d'autres phénomènes.

>>> Retour sur toutes les dates clés de l'affaire Jubillar en images dans notre diaporama

Selon Maître Jean-Baptiste Alary, plusieurs paramètres viennent remettre en doute cette hypothèse. "Élaborer une théorie sur la base de ces conclusions d’expertise, c’est extrêmement hasardeux", explique-t-il. "Les lunettes étaient déjà fragilisées. Elles pouvaient se casser sans intervention de violences", affirme-t-il. Il rappelle également que ces dernières "ont été saisies lors de la troisième perquisition, qui a eu lieu le 24 décembre 2020". "Des enfants vivent dans cette maison. Et si ces lunettes traînaient dans un coin, que les enfants se sont assis dessus, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles