Affaire Julie : les juges rejettent la demande de requalification en « viol »

Anaïs Guillon
·2 min de lecture

Les trois pompiers de Paris initialement mis en examen pour « viol sur mineur » avant d’être finalement poursuivis pour « atteinte sexuelle », seront bel et bien jugés devant un tribunal correctionnel. La cour d’appel de Versailles a rejeté ce jeudi, la demande de requalification des faits en viol, en dépit des preuves apportées par la famille de la victime.  

C’est une décision « qui ne fait pas honneur à la justice française ». Ce jeudi, Me Jean Tamalet n’a pas mâché ses mots à l’issue du délibéré de la cour d’appel de Versailles. La chambre de l’instruction a confirmé que les trois pompiers de Paris poursuivis depuis 2019 pour « atteinte sexuelle » à l’encontre de Julie*, devaient être jugés devant un tribunal correctionnel. Une « incompréhension totale » nous confie Corinne Leriche, la mère de Julie. En septembre dernier, elle avait demandé  que les faits soient requalifiés en « viol sur mineur », un crime relevant des assises et passible de 20 ans de prison.  

Requalification surprise 

Cela fait maintenant dix ans que Corinne Leriche se bat pour obtenir justice. Depuis que le 31 août 2010, après deux ans de calvaire, sa fille lui a révélé avoir été violée à plusieurs reprises, par une vingtaine de pompiers de Paris. Après une plainte, une enquête laborieuse, et les aveux de plusieurs hommes, seul trois pompiers sont mis en examen pour « viol sur mineur ».  

La famille espère alors un dénouement rapide, mais le 24 juillet 2019, Julie et sa famille sont confrontés à un nouveau coup dur. Sans prévenir, le juge d’instruction décide de requalifier les viols en « atteintes sexuelles » et ordonne le renvoi des trois hommes en correctionnelle. Si certains professionnels expliquent que la correctionnalisation permet entre autres de réduire les délais de procédure, juger...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi