Affaire Lola : que deviennent les individus déclarés pénalement irresponsables ?

Dahbia B. a-t-elle des troubles psychologiques ayant altéré son discernement ? Principale suspecte dans le meurtre abominable de Lola, 12 ans, à Paris, cette ressortissante algérienne a reconnu avoir tué et agressé sexuellement la victime, avant de se rétracter, évoquant "un rêve". Son entourage la décrit comme une personne difficilement insérée dans la société, ayant tenu des propos étranges et incohérents, notamment lors de réveils nocturnes. Une expertise psychiatrique devra déterminer si cette SDF de 24 ans est responsable pénalement du crime ou si elle doit être internée d'office, privant la famille d'un procès aux assises. Dans le cas où les suspects sont déclarés irresponsables, ils sont admis dans une des dix unités pour malades difficiles (UMD) de France ou en établissements psychiatriques classiques. "Les durées d'hospitalisation sont très longues quand il s'agit de crimes graves, parfois plus longues que si les personnes étaient allées en prison", a expliqué Paul Jean-Francois, membre du bureau du syndicat des psychiatres des hôpitaux (SPH), auprès du Figaro, dimanche 6 novembre 2022.

Mise en examen pour meurtre et viol suivi d'actes de tortures et de barbarie, Dahbia B. encourt la réclusion criminelle à perpétuité "incompressible", une peine extrêmement rare en France. A priori, la décision d'interner d'office ou non la suspecte sera dévoilée fin 2024, au plus tôt. Si elle échappe à un procès, en fonction de son état de santé, elle pourrait être placée dans une unité (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite