Affaire Mérah : Jean-Luc Mélenchon accusé de cracher sur la tombe des familles des victimes

·1 min de lecture

Jean-Luc Mélenchon continue de faire parler de lui. Alors que la campagne de vaccination contre le COVID-19 bat son plein, il expliquait en mars dernier pourquoi il refusait de se faire vacciner. En février, Eric Naulleau l’accusait de l’avoir "agressé" et révélait les coulisses du débat entre le candidat à l’élection Présidentielle de 2022 et les éditorialistes de Balance ton post. Jean-Luc Mélenchon ne s’était pas non plus privé d’une petite pique sur le physique d'Édouard Philippe.

Le député La France Insoumise (LFI) des Bouches-du-Rhône a de nouveau suscité la polémique dimanche 6 juin. Sur le plateau de l’émission Questions politiques diffusé par France Info, il a ainsi déclaré : "De même que vous verrez que dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, nous aurons un grave incident ou un meurtre. Avant de donner des exemples choisis en 2012, 2017 et 2002 "Ça a été Merah en 2012, ça a été l’attentat la dernière semaine sur les Champs-Élysées, avant on avait eu Papy Voise dont plus personne n’a jamais entendu parler après. Tout ça, c’est écrit d’avance.

Pas question pour Me Klugman de laisser passer de tels propos. Il est en effet l’avocat de Samuel Sandler, dont le fils Jonathan, 30 ans, et les deux petits-fils, Arié et Gabriel, âgés de 5 et 3 ans, ont été abattus le 19 mars 2012 par Mohammed Merah devant l’école juive Ozar Hatorah de Toulouse (Haute-Garonne). Me Klugman menace de dénoncer Jean-Luc Mélenchon au parquet. Selon lui, "on ne peut pas qualifier ainsi (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles