Affaire Marion Wagon : cette erreur qui a ralenti l’enquête sur la disparition de la petite fille

Le 14 novembre 1996, Marion Wagon, 10 ans, rentrait chez elle à Agen (Lot-et-Garonne). La fillette sortait de l'école pour rentrer à son domicile, où ses parents l'attendaient pour déjeuner. Elle ne passera jamais le pas de la porte. Plus de 25 ans après sa disparition, la petite fille des briques de lait n'a toujours pas été retrouvée. Personne ne sait ce qu'il est advenu d'elle. Après des années de silence, sa famille a décidé de s'exprimer à nouveau, afin de faire avancer l'enquête. Maître Georges Catala, qui la représente, a pris la parole dans les médias à cette occasion. À nos confrères de La Dépêche, il a confié, vendredi 20 mai 2022, l'une des raisons pour lesquelles cette enquête n'a jamais abouti : l'une des pièces à conviction n'a pas été utilisée correctement. Une erreur qui a contribué à faire perdre la trace de Marion Wagon.

Un documentaire sur la disparition de la fillette est diffusé sur W9, mardi 24 mai. Ce documentaire va à nouveau se pencher sur les évènements, mais aussi sur l'enquête et sur ses failles. Selon Me Catala, la mauvaise conservation de l'ADN de la petite Marion peut justifier pourquoi, plus de deux décennies plus tard, aucune trace d'elle n'a été retrouvée. Un "calvaire" pour Françoise et Michel, le père et la mère de la fillette. "Petit à petit, on nous donne quelques ouvertures dans ce dossier, on s’aperçoit qu’une série d’erreurs ont été commises", explique leur avocat à nos confrères. Déjà en 2021, il révélait dans les colonnes du Figaro "qu'il (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles