Enlèvement de Mia : l’enquête confiée au pôle antiterroriste de Paris

© PARA STEPHANIE/SIPA

Selon le procureur de la République, l’enlèvement en avril 2021 de la petite Mia n’était qu’une des facettes d’un « plan d’actions violentes » menées par un groupuscule d’ultradroite.

Rebondissement dans l’affaire de la petite Mia. L’an dernier, cette fillette de 8 ans avait été kidnappée dans l’Est de la France à la demande de sa mère. Cinq jours après sa disparition, elle avait été retrouvée dans un squat en Suisse et ses ravisseurs se revendiquant « antisystème » arrêtés.

Confiée à des juges d’instructions nancéiens, l’enquête vient toutefois d’être redirigée vers le pôle antiterroriste du tribunal judiciaire de Paris. Selon le parquet de Nancy, l’enlèvement de Mia ne serait en effet qu’une des facettes d’un « plan d’actions violentes » menées par un groupuscule d’extrême droite.

Lire aussi >> Enlèvement de Mia : retour sur une semaine de disparition

Rémy Daillet, « cerveau » du groupuscule d'ultradroite

« Il est en effet apparu (...) que ces agissements (l'enlèvement de Mia dans les Vosges, NDLR) faisaient partie intégrante du plan d'actions violentes du groupuscule d'ultra droite baptisé "DW Renversement" visant l'État et ses représentations », a précisé le procureur de la République, François Pérain, dans un communiqué.

« En concertation avec le parquet national antiterroriste », la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Nancy a donc demandé aux juges du pôle antiterroriste du tribunal judiciaire de Paris de reprendre cette affaire qui avait eu un fort retentissement.

« L'objectif est en effet de joindre ces faits à ceux déjà instruits au...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles