Affaire Mia : Rémy Daillet et sa famille, expulsés de Malaisie, n’ont toujours pas regagné la France

·2 min de lecture

Interpellé en Malaisie, où il réside, ce Français de 54 ans est actuellement à Singapour suite à son expulsion, ce dimanche. Figure d’un mouvement complotiste, il est soupçonné d’avoir participé à l’enlèvement d’une fillette, Mia, en avril.

Le Français Rémy Daillet, soupçonné d'être mêlé à l'enlèvement de la petite Mia, et sa famille, expulsés dimanche de Malaisie en direction de la France, n'ont pas embarqué pour Paris. Ils seraient toujours à Singapour, où ils ont fait escale, et où la compagne du complotiste a été hospitalisée.

« Ils sont à Singapour, ils ne sont pas dans l'avion », a déclaré à l'AFP Me Jean-Cristophe Basson-Larbi. Léonie Bardet, la compagne de M. Daillet, enceinte, « est hospitalisée, nous avons des craintes pour le bébé » et « M. Daillet et ses enfants sont sous la responsabilité des services de police de Singapour », a-t-il ajouté. Une source malaisienne a confirmé à l'AFP que Rémy Daillet, sa compagne et ses trois enfants de dix-sept, neuf et deux ans « n'ont pas embarqué » dans le vol AF257 qui devait décoller de Singapour.

« La femme a été admise à l’hôpital en disant avoir des douleurs », a précisé cette source. « M. Daillet ne sera pas en France demain [lundi] », a également confirmé à l'AFP le procureur de la République de Nancy François Pérain, chargé de l'affaire Mia. Selon l'avocat de la famille, Léonie Bardet dispose de plusieurs certificats médicaux « qui attestent unanimement que sa santé ne lui permet pas de prendre l’avion ». 

Lire aussi >> Complotisme : le nouveau mal du siècle

Séjour irrégulier 

Rémy Daillet et sa famille ont été arrêtés fin mai sur l'île touristique malaisienne de Langkawi où ils...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles