Affaire PPDA : huit femmes accusent le journaliste de faits de « viol, agression sexuelle et harcèlement »

·1 min de lecture

Après le classement sans suite de l’enquête préliminaire visant Patrick Poivre d’Arvor, huit femmes dénoncent des faits qui « pourraient relever des qualifications juridiques de viol, agression sexuelle et harcèlement sexuel » dans une enquête publiée par « Libération ».

Huit femmes, dont sept à visage découvert, ont décidé de prendre la parole et de raconter dans une enquête publiée le 8 novembre par « Libération », les violences sexuelles qu’elles disent avoir subies de la part du journaliste Patrick Poivre d’Arvor dans des récits très détaillés. Ces faits « pourraient relever des qualifications juridiques de viol, d’agression sexuelle ou de harcèlement », précise le quotidien. D’après « Libération », elles ont décidé de témoigner parce qu’elles « ont été choquées par le classement sans suite de l’enquête préliminaire ouverte en février à la suite de la plainte déposée par Florence Porcel ». 

Lire aussi >>> Florence Porcel : « PPDA m'a volé ma vie »

L’écrivaine accusait Patrick Poivre d’Arvor de l’avoir violée à deux reprises, en 2004 et 2009, révélait « Le Parisien ». D’autres témoignages sont apparus les jours suivants sur les réseaux sociaux. L’ancien présentateur vedette s’est alors défendu sur le plateau de Quotidien en mars dernier : « Uniquement de l’anonymat, toujours de l’anonymat. Jamais une personne qui ose venir, les yeux dans les yeux, me dire : “ non ce n’était pas bien”  », assurait-il. Une intervention qui a convaincue Muriel Reus, 63 ans, de vouloir témoigner après avoir entendu la phrase « choquante » du présentateur sur « les petits bisous dans le cou ». Sur les huit femmes qui l’accusent aujourd’hui dans cette enquête,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles