Affaire PPDA : l’ex-présentateur a été entendu en audition libre par la police

·1 min de lecture

L’ancien journaliste de TF1 a été entendu dans le cadre d’une enquête ouverte après la plainte déposée le 15 février par Florence Porcel, qui l’accuse de viol. Deux nouvelles plaintes ont aussi été recueillies pour des faits prescrits.  

Mardi dernier, Patrick Poivre d'Arvor a été entendu en audition libre par la police dans le cadre de l'enquête ouverte pour « viols » après les accusations, en février, de l'écrivaine Florence Porcel, a appris à l’AFP dimanche une source proche du dossier. 

PPDA, qui nie ces accusations, a été entendu par la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP) de la police judiciaire parisienne, saisie de l'enquête ouverte par le parquet de Nanterre, a précisé cette source, confirmant une information du « Journal du dimanche »

D’après « Le Parisien », dans un article publié ce dimanche, deux autres plaintes ont été déposées contre PPDA. La première plaignante accuse le présentateur de « harcèlement sexuel » et d’avances répétées. La seconde, de « viol ». La deuxième plainte vient de la journaliste Hélène Devynck, entendue le 10 mars dernier par la brigade de répression de la délinquance aux personnes. Dans les deux cas, les faits seraient prescrits. 

Lire aussi >> Florence Porcel : « PPDA m'a volé ma vie »

De « multiples auditions » ont été menées  

L'affaire a éclaté après le dépôt de plainte le 15 février de l'écrivaine Florence Porcel, qui reproche au célèbre journaliste et romancier, aujourd'hui âgé de 73 ans, de lui avoir imposé un rapport sexuel en 2004 et une fellation en 2009. 

Depuis, de « multiples auditions », notamment de témoins éventuels des faits dénoncés, ou encore des personnes...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles